Nouvelle agression d'un chauffeur de bus, le trafic a été perturbé à Marseille

Vers 7h15 ce mercredi matin, un chauffeur de bus de la ligne 44 reliant le Rond-Point du Prado au Roy d'Espagne a été agressé suite à un accident de la route avec un chauffeur livreur. Par solidarité, une partie des salariés a stoppé le travail jusqu'à midi dans une action de soutien. 


 

Un chauffeur de bus a été agressé ce mercredi matin. En soutien, des salariés ont stoppé le travail jusqu'à midi.
Un chauffeur de bus a été agressé ce mercredi matin. En soutien, des salariés ont stoppé le travail jusqu'à midi. © VALERIE VREL/FTV
Un chauffeur, en contrat à durée déterminée de la Régie des Transports de Marseille a été agressé physiquement ce mercredi matin à 7h15, suite à une altercation avec un autre automobiliste.

"Cela mine le moral, toute cette violence. On n'est pas considérés par la population", déplore Bernard Gargiolo, délégué syndicale CGT à la RTM.

Les deux véhicules se sont accrochés dans la circulation.

Ce qui aurait dû rester comme un banal incident routier a failli tourner au drame.

Le ton serait monté entre les deux hommes et le conducteur de l'utilitaire a porté des coups au chauffeur du bus.

Rapidement alerté par un système d'appel d'urgence mis en place dans les bus, la police est intervenue et a pu interpeller l'agresseur.

" Nous avons mis en place de nombreuses mesures pour la protection de nos agents, comme les vitres de sécurité, la vidéo-surveillance, et aussi un bouton d'appel d'urgence qui permet l'intervention rapide de nos services et de la police", indique Pierre Durand, directeur Général adjoint de la RTM.

La direction de la RTM indique d'ailleurs avoir" le meilleur taux d'élucidation sur les agressions de toute la France en matière de transport en commun. Il est de 66%".

La victime a été transportée à l'hôpital, ses jours ne sont pas en danger mais la personne reste choquée.

"On a une mission de service public de conduire des bus, pas de finir à l'hôpital", tient à préciser le secrétaire général CGT de la RTM.

Les chauffeurs tiennent à rappeler que même au plus fort de la pandémie, ils ont continuer d'assurer leur service. 
"on faisait partie aussi des personnes qui mettaient leurs vies en danger pour transporter ceux qui en avaient besoin. il ne faut pas l'oublier", rappelle Bernard Gargiolo, secrétaire général CGT à la RTM.

Par solidarité, une partie des salariés du dépôt de la Capelette a mené une action de soutien, en stoppant les rotations de certaines lignes jusqu'à midi.

La RTM précisait : "À la suite d'un acte d'incivilité à l'encontre d'un chauffeur de bus, nous vous informons d'un arrêt d'exploitation de ces lignes: B1, 16, 16S, 16T, 17, 19, 19B, 19T, 21JET, 22, 22S, 23, 24, 24B, 24T, 44, 45, 46, 46S, 47, 48, 48T."
"Le service est également modifié pour les lignes : 15/15S et 73 et le terminus métro (ligne 2) Ste Marguerite Dromel déplacé à Castellane."

Le service depuis a repris de façon normale.

Cette nouvelle agression fait suite aux nombreuses autres constatées par la RTM et les syndicats suit au déconfinement et l'obligation de porter le masque.

La montée de la violence et des inciviltés seraient en très forte hausse. Des renforts sont arrivés depuis cette semaine dans les transports métropolitains à la demande de la présidente de la métropole pour faire respecter le port du masque obligatoire.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers transports économie grève social santé société coronavirus/covid-19