Occupation de 5 McDonald's à Marseille : M. Abbassi n'assistera pas à la réunion en préfecture s'ils ne sont pas évacués

Alors qu'une réunion est prévue demain à Marseille sur l'avenir du McDo Saint Barthélémy, le repreneur Mohamed Abbassi conditionne sa présence à cette table-ronde en préfecture au déblocage d'ici ce soir de ses restaurants franchisés occupés depuis vendredi. 

© France 3 Provence Alpes
Une réunion est prévue demain mercredi à 10 h en préfecture de Marseille sur l'avenir du McDo de Saint Barthélémy. Mohamed Abbassi qui a fait une proposition de reprise pour ce restaurant du 14e arrondissement,a annoncé ce mardi qu'il ne sera pas présent si ses autres 5 McDo, déjà franchisés, occupés depuis vendredi ne sont pas débloqués.  

Après la reprise validée de cinq restaurants de la société Brochiero à Marseille, Mohamed Abbassi a fait une proposition pour le 6e, celui de Saint-Barthémy. Celui dont la justice a invalidé la cession à un repreneur qui voulait en faire un fast-food asiatique halal. 

Un plan d'économie qui ne passe pas


Mais le franchisé marseillais a posé des conditions pour réduire les coûts de la structure, autour de 250 à 300 000 euros. 

Dans les six McDo de la société Brochiero, le McDo de Saint Barthélémy représente à lui seul 80 % des pertes,

explique le repreneur qui chiffre ces pertes à 3,3 millions d'euros depuis 2009.
 

"Limiter l'encadrement"


Il propose un plan d'économie qui passe par la suppression de 6 à 7 postes de l'encadrement sur les 77 salariés actuels. "D’après mon expérience il n’est pas nécessaire d’avoir la structure d’encadrement actuelle", indique-t-il. "En la restructurant, nous pouvons faire des économies conséquentes et garantir l’emploi de la très grande majorité des salariés". Une proposition rejetée par les représentants des salariés.

M. Abbassi précise qu'il ne participera pas à la réunion de la préfecture si le blocage de ses restaurants se poursuit ce soir. Cette table-ronde doit réunion les délégués du personnel, des représentants de McDo France, les franchisés, Jean-Pierre Brochiéro le vendeur, Marie-Emmanuelle Assidon, préfète déléguée à l'égalité des chances et Jean-Pierre Floris le délégué interministériel aux restructurations d'entreprise.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets