OM : ces 4 raisons qui ont provoqué le divorce entre Jacques-Henri Eyraud et les supporters

En quelques mois, la relation entre la direction de l'OM et les supporters du club s'est tendue jusqu'à arriver au point de non-retour. Dans un courrier, ils réclament le départ du président Jacques-Henri Eyraud auprès de l'actionnaire du club Frank McCourt à trois jours de la réception du PSG.

Le point de rupture entre le président de l'OM et les supporter a été atteint cette semaine.
Le point de rupture entre le président de l'OM et les supporter a été atteint cette semaine. © GUILLAUME HORCAJUELO /MaxPPP

En moins d'une semaine, l'actualité Olympienne a occupé les gros titres de la presse sportive, et pour cause.

Il y a d'abord eu l'intrusion au sein du centre d'entraînement du club samedi dernier qui s'est finie devant le tribunal correctionnel pour 14 supporters. Le procès se tiendra le 24 février.  

Dans la foulée de la fin du mercato d'hiver, la direction a terminé son marché, sans en avertir l'entraîneur. Goutte d'eau qui a fait déborder le vase de rancoeur qui se remplissait petit à petit entre le tacticien et la direction, depuis le départ d'Andoni Zubizaretta, l'ex-directeur sportif.

Résultat, Villas-Boas annonce vouloir démissionner en conférence de presse.  Il prend tout le monde de court.

Dans la journée, l'OM tente de reprendre la main en annonçant la mise à pied de l'entraîneur suite à cette annonce.

Dernier épisode en date de cette saga, dans un communiqué commun des groupes de supporters de l'OM réclament une nouvelle fois le départ de son président Jacques-Henri Eyraud.

Mais comment en est-on arrivé là? Sur les quatre ans et demi de présidence de Jacques-Henri Eyraud, la déception a pris racine entre les annonces et les résultats et surtout dans la manière de fonctionner. 

Lors du rachat de l'OM, l'actionnaire Frank Mac Court et le président Jacques-Henri Eyraud annoncent un projet ambitieux à court terme: "L'OM Champion's Project". 200 millions d'euros d'investissement sont injectés dans un premier temps pour redorer le blason du club et le faire revenir parmi les grands d'Europe.

L'annonce redonne espoir aux supporters marseillais en manque de titres et d'émotions. Sauf que plus les mois et les années passent, plus "L'OM champion's Project" peine à se dessiner.

Les titres ne sont pas là, ni les grands joueurs censés venir renforcer l'effectif.

Pour redonner ses lettres de noblesse à l'OM, les dirigeants annoncent vouloir faire du recrutement leur priorité. Mais, à chaque mercato, les joueurs qui arrivent ne sont que des second couteaux.

Le montant des transferts et des salaires sont pourtant prohibitifs. La stratégie paraît de plus en plus floue aux yeux des supporters qui s'impatientent.

Le président de l'OM lors de la présentation de Valère Germain, conseille aux supporters mécontents "de boire des tisanes"... Une première réplique qui passe mal.

Autre déception, la Ligue des champions. Le retour de l'OM était attendu et il a fallu attendre 2020 pour revoir le club dans les grands stades d'Europe. Sauf que là, les résultats ne suivent pas. Le club phocéen entre dans l'histoire de la compétition, en réalisant la plus longue série de revers en C1. 

Une campagne européenne vécue comme une humiliation par les supporters. Là aussi le recrutement, ou plutôt son absence est pointé du doigt. Le club n'a pas recruté de grandes figures pour pouvoir briller sur le toit de l'Europe. 

Ce qui est aussi reproché au président de l'OM, c'est de ne pas avoir pris suffisamment la mesure de la dimension du club dans la ville, son histoire, et la passion du "peuple marseillais". 

Certains supporters lui reprochent une gestion un peu trop stricte et froide du club.

"Ce n'est pas une entreprise comme les autres l'OM, il faut comprendre son passé, son histoire, son ADN et la vie de la ville", explique Thierry supporter olympien.

La volonté de s'inscrire dans l'avenir est passée par une réorganisation interne de grande ampleur, des projets tournés vers le milieu du football amateur, des projets sociaux et un developpement marketing XXL. 

Pour autant, tout cela n'a pas pesé face au manque de résultats. "Ils font tout à l'envers en fait", déplore ce supporter.

Le coup de grâce a été donné en décembre dernier, lorsque Jacques-Henri Eyraud a déclaré qu'il y avait "trop de Marseillais au sein du club", remettant en cause ainsi le professionnalisme de plusieurs salariés du cru.

C'est la déclaration de trop, dans un climat où les résultats sportifs sont à la peine. Il n'en fallait pas plus aux supporters pour se sentir humiliés. Le divorce est prononcé et la tête du président de l'OM réclamée.  

Après cette semaine agitée et avant la réception du PSG dimanche 7 février, même l’ancien président du club Bernard Tapie a reconnu que la situation étant à ce point dégradée, le départ du président ne pouvait être qu'inéluctable. A suivre...

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
om football sport ligue 1