"On a payé pour un voyage, on se retrouve en prison dorée" : le covid s'invite dans une croisière partie de Marseille

Publié le Mis à jour le
Écrit par Adrien Gavazzi
À bord du paquebot MSC Grandiosa, peu ou pas d'activité depuis la découverte de dizaines de cas de covid parmi les passagers.
À bord du paquebot MSC Grandiosa, peu ou pas d'activité depuis la découverte de dizaines de cas de covid parmi les passagers. © Nicolas Klein

Au moins 45 passagers du MSC Grandiosa, parti dimanche de Marseille en direction de Barcelone, ont été testés positifs au covid et débarqués à Gênes. La croisière continue dans le respect du protocole sanitaire, assure la compagnie MSC Croisières. Les passagers déplorent un manque de communication.

La croisière ne s'amuse plus du tout, à bord du paquebot MSC Grandiosa. Au moins 45 cas de covid ont été détectés parmi les passagers, dont certains sont partis dimanche de Marseille, direction Barcelone.

"On ne peut rien faire, hormis boire ou manger", s'emporte Nicolas Klein, un passager que nous appelons par téléphone. Lui n'a pas été testé positif. "On se retrouve quand même quasi confinés jusqu'au retour à Marseille dimanche prochain !"

À bord, situation chaotique : on s'empoigne avec l'équipage, on s'irrite. "Mon fils de douze ans passe ses journées avec moi, il s'ennuie comme un rat mort", s'énerve aussi Rose Félix Barnier qui a déboursé 3.800 euros pour s'offrir cette croisière avec deux autres adultes.

Le prix est-il à la hauteur des prestations sous covid ? "La discothèque est fermée, la plupart des bars sont fermés, le spa est fermé, la bouteille d'eau coûte 3,50 euros", énumère-t-elle encore.

Quant aux excursions, plusieurs sont annulées, selon Nicolas Klein : "Je vois les villes défiler à travers les hublots ; j'avais payé 1.500 euros pour une croisière, je me retrouve dans une prison de luxe."

Ce qui choque le plus cet habitant de Béziers dans l'Hérault, c'est que la compagnie MSC Croisières continue d'embarquer des passagers, en dépit des événements.

C'était le cas ce mardi midi, lors de l'escale à Civitavecchia, en Italie, comme il le montre dans cette vidéo : 

 

Rien de plus normal, assure de son côté le service communication de MSC Croisières. Les 45 passagers positifs au covid (presque tous asymptomatiques) ont été isolés dans leurs cabines puis débarqués à Gênes dans la journée de lundi, avant le retour à leur domicile, pris en charge par les assurances. 

Dès lors, pourquoi la croisière ne pourrait-elle pas suivre son cours normalement ? Depuis, d'autres cas ont été identifiés. Eux aussi seront débarqués. 

"Le protocole mis en place est strict. C'est comme cela que nous opérons depuis un an et demi", assure la compagnie, qui tient aussi à relativiser l'importance du cluster : 45 cas de covid sur 4.810 passagers, cela représente 1 % des personnes à bord.

"Concernant le protocole, je ne trouve aucune défaillance, approuve Rose Félix Barnier. On m'a fait faire trois tests avant d'embarquer dimanche à Marseille."

Mais pour le reste dit-elle, "c'est une catastrophe". Cette mère de famille originaire de Bastia déplore surtout le manque de communication : "C'est par la presse que j'ai appris qu'il y avait des dizaines de cas de covid à bord !"

Tout ce que souhaitent aujourd'hui Rose-Félix Barnier et Nicolas Klein, c'est obtenir le remboursement total ou partiel de leur croisière. Selon les conditions de la compagnie MSC Croisières, cela peut prendre jusqu'à 18 mois.

"Hors de question que j'attende jusque-là, prévient Rose Félix Barnier. Autrement, je leur file un procès aux fesses !"

Contactée sur ce point, la compagnie assure que les demandes seront traitées au cas par cas. 

Le cas du MCS Grandiosa n'est pas isolé. Les compagnies, qui ont repris leur activité en juin 2021 après une longue pause forcée pour cause de covid, constatent une hausse du nombre de cas parmi leurs passagers, au cours des dernières semaines. 

Le 30 décembre, les autorités américaines ont recommandé d'éviter les croisières, y compris pour les personnes vaccinées.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.