Photos. Des autoportraits tendres et drôles de confinés, la belle idée de deux marseillaises

Deux photographes marseillaises invitent les confinés à se prendre en photo. Mais selon les règles de l'art du portrait : sans selfie, et en soignant sa mise en situation. Les premiers clichés de cette galerie virtuelle sont riches de vie et en appellent d'autres !

Photo prise à Rochegude
Photo prise à Rochegude © Galerie A P
Leur idée est plus vivante que jamais. "Si les gens ont déserté les rues, allons les chercher chez eux !", se sont dit les deux photographes marseillaises de "August-photographies", Clothilde Grandguillot et Hélène Bossy.

Le confinement a interrompu leurs déplacements avec leur studio-photo mobile.

"Nous avions l'habitude de nous rendre avec notre studio dans les lieux culturels, et les entreprises, ou à l'occasion d'événements", raconte Clothilde Grandguillot. "Et nous avions commencé à nous déplacer chez les gens, à leur demande".

Les deux artistes ont remis au goût du jour le portrait artistique, soigné, "celui que l'on souhaite garder dans l'album d'une génération à l'autre".

Leur activité étant suspendue, les deux photographes ont alors eu l'idée de solliciter le public. Et de faire naître l'envie "de se tirer le portrait".
Photo prise à Bruxelles
Photo prise à Bruxelles © Galerie A.P
"Avec des conditions toutefois", rajoute Clothide.

Les gens peuvent se prendre en photo avec un appareil, ou un smartphone. Mais les selfies sont interdits. Ils doivent utiliser le retardateur et soigner la mise en situation.


"August-photographies" a déjà reçu une centaine de photos. La galerie de portraits prend déjà forme sous le nom de "Chez nous-Printemps 2020". Elle est touchante, surprenante... et vivante.

Une galerie virtuelle, comme un album photo

Seuls ou en famille, les Marseillais et les Marseillaises posent avec leurs chiens ou leurs chats, leur arbre préféré, leur potager, leurs ordinateurs, leurs livres. Dans le salon, les toilettes, la chambre, le jardin...

"Toutes les mises en scènes sont bienvenues, sages ou délirantes, en couleur ou en noir et blanc", précise les deux photographes.

Les sujets ne cachent rien de leurs états d'âme. On y voit des sourires, des visages plus sombres, des regards malicieux, ou rêveurs.

On se retrouve à chercher des points communs, on constate nos différences. Les décors choisis nous parlent ou nous surprennent.

Photos prises à Marseille, St Michel de Chavaignes, Montréal, Metz, Le Rheu, La Rochelle, Authon Ebéon, Paris
Photos prises à Marseille, St Michel de Chavaignes, Montréal, Metz, Le Rheu, La Rochelle, Authon Ebéon, Paris © Galerie A P

"Bien prendre son temps, bien choisir le cadre"

La galerie virtuelle devient livre, on clique d'une photo à l'autre, comme on tournerait les pages d'un album.

Tout le discours est dans l'image. Il n'y a pas de légende, sauf le nom du lieu.

"On demande aux gens de bien prendre leur temps, de bien choisir leur cadre, et la lumière", précise Clothide Grandguillot.

"Puis ils nous envoient une photo. On l'améliore au niveau technique, en jouant sur les contrastes, les couleurs. Il arrive que l'on propose de la transformer en noir et blanc si l'on juge que c'est plus fort".

Le résultat donne des photos riches de vie, prises et choisies dans l’un des moments les plus exceptionnels que vit la moitié de l’humanité.

"Il se passe quelque chose de particulier, les gens s'investissent", confie la portraitiste.

"On est des millions à vivre le confinement. On commence à recevoir des clichés envoyés d'autres régions comme la Bretagne, l'Isère ou la région parisienne. Des habitants d'autres pays s'y mettent aussi, comme l'Allemagne, la Belgique, les Etats-Unis, le Danemark, l'Algérie".
Photo prise à Auch
Photo prise à Auch © Galerie A P

"En souvenir de cette période trouble"

Et la liste n'est pas finie... Les photographes reçoivent une dizaine de clichés par jour.

"Pour l'instant, on attend de voir comment se développe notre projet "Chez nous-Printemps 2020". On réfléchit à la suite, mais ça n'est pas encore concret".

Si l'envie vous vient de "faire vous-mêmes votre portrait dans votre intérieur, en souvenir de cette période trouble", adressez vous à August Photographies.com.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
photographie culture art coronavirus - confinement : envie d'évasion santé société