Pique-nique géant des parents d'élèves à l'école de Bois Luzy à Marseille pour protester contre le manque de personnel

Depuis quatre ans, les parents d'élèves de l'école "Bois Luzy" à Marseille dans le 12e arrondissement sont confrontés à du manque de personnel de la cantine. Tout le monde se renvoi la balle, les parents n'arrivent pas à se faire entendre. Ils ont organisé un pique-nique géant dans l'école ce lundi.
Un pique-nique géant pour dire stop aux multiples grèves et absence du personnel de la cantine de l'école, voilà le moyen qu'on trouvé les parents d'élèves de l'école de Bois Luzy dans le 12e à Marseille pour se faire entendre.

" C'est une opération coup de poing pour montrer notre ras-le-bol, vis-à-vis de ces grèves que nous avons régulièrement", explique Audrey Vallerian, présidente des parents délégués.

Manque de personnel

Trois Agents Territoriaux Spécialisés des Ecoles Maternelles, ATSEM, ont en charge 260 enfants de l'école élémentaire et 125 de l'école maternelle de Bois Luzy à Marseille.

Un ratio déjà important. Mais chaque fois que l'une d'elle est absente, elle n'est pas remplacée.

Ce qui entraine des complications d'organisation. 

Mais pire, "lorsqu'une ATSEM se retrouve seule, elle se met en grève pour protester sur le non-remplacement de ses collègues", expliquent les parents d'élèves.

Ce dysfonctionnement dure depuis plus de quatre ans.

Fin de la débrouille

Cela entrave le bon fonctionnement de la cantine et les solutions de dépannage deviennent quotidiennes. 

"Recours aux grands-parents, pause déjeuner allongée pour d'autres ou encore entraide entre parents", explique Audrey Vallerian lorsqu'elle évoque les façons dont les parents d'élèves tentent de palier les grèves récurrentes. 

Des solutions bancales pour certains, entraînant  des problèmes avec leurs employeurs notamment.

"En tout pour être à l'heure pour récuperer mon fils, le faire manger et revenir au boulot ça me prend près de trois heures, heureusement j'arrive a rattrapper", explique Jean-Michel Garçon un parent d'élève.

" Mon ex-femme, ell parc contre ça coince avec son patron, d'autres parents sont isolés sans aide et c'est compliqué. On tape dans nos congés et nos heures de travail, on n'en peut plus" ajoute Jean-Michel Garçon.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mouvement social économie social éducation société