Talent précoce, carrure hors-norme, famille de poloïstes... Cinq choses à savoir sur Thomas Vernoux, le "Mbappé du waterpolo"

Plus sur le thème :

Mardi 13 février, l'équipe de France s'est imposée face à la Hongrie (11-10) en quart de finale des Championnats du Monde de waterpolo à Doha (Qatar). Derrière cette victoire, une équipe, mais surtout un nom : Thomas Vernoux, Marseillais prometteur de 21 ans.

Mardi, pour la première fois de son histoire, l'équipe de France de waterpolo s'est qualifiée pour les demi-finales des mondiaux de waterpolo. Mieux, elle a battu la Hongrie, championne du monde en titre. La victoire tient surtout à un homme : Thomas Vernoux. A 2 minutes de la fin du match, il inscrit son cinquième but de la soirée et donne la victoire à son équipe : 11-10.

Le Marseillais de 21 ans a un destin prometteur. Voici cinq choses à savoir à son sujet.

Il a été sélectionné en équipe de France à 14 ans

A 21 ans, Thomas Vernoux est leader de l'équipe de France de waterpolo. Le jeune homme a débuté le waterpolo en équipe junior au Cercle des nageurs de Marseille, à l'âge de sept ans. Pour sa première sélection en équipe de France, il a 14 ans. Depuis, il en compte une soixantaine. 

Il impressionne les équipes adverses

Il mesure 1,96 mètres de haut et pèse 106 kilos. Par sa carrure, Thomas Vernoux impressionne. Selon RMCSport, ces caractéristiques physiques ajoutées à ses compétences sportives ont poussé les équipes adverses à mettre en place des "plans anti-Vernoux". À tel point que, pour déjouer ces plans, selon ce même média, son entraîneur Florian Bruzzo l'a fait changer de poste depuis deux compétitions.

Il est surnommé le "Mbappé" du waterpolo

"C'est un peu notre Mbappé, notre Wembanyama du water-polo français !", explique le capitaine de l'équipe de France, Ugo Croustillat à RMCSport, après la victoire des Bleus à Doha. La comparaison revient souvent.

"C'est de la même veine (que Mbappé), ajoute le sélectionneur de l'équipe, Florian Bruzzo. Il déteste cette comparaison, mais c'est de la même veine. Ça lui glisse dessus, ce n'est pas une histoire d'âge. Lui, il veut tout le temps être là, il veut marquer, il veut être impactant pour l'équipe et vraiment pas de manière individuelle. Il n'est pas individualiste."

À France 3 Provence-Alpes, le champion confiait : "J'ai toujours envie d'être le meilleur joueur du monde, avoir le plus gros impact que je peux dans les matchs. Je suis encore très loin il y a beaucoup de travail."

Il vient d'une famille de poloïstes

Chez les Vernoux, le waterpolo est une affaire de famille. L'oncle de Thomas, Yann Vernoux, est l'ancien capitaine des Bleus. Sa cousine Ema Vernoux évolue en équipe de France féminine. Son cousin, Romain Marion-Vernoux, compte plus de 30 sélections en équipe de France masculine. Ses cousins aussi, évoluent dans l'équipe du Cercle des nageurs de Marseille.

Il pourrait quitter Marseille

En vue des JO 2024 où l'Équipe de France est qualifiée d'office, Thomas Vernoux, partage sa vie entre l'Équipe de France et le Cercle des nageurs de Marseille (CNM). "J’espère partir dans le futur, même si j’adore Marseille, déclarait-il à La Marseillaise en octobre. Je veux connaître une autre expérience. Ça fait près de sept ans que je suis professionnel au CNM." Mais il sait qu'un départ dans un pays étranger pourrait lui coûter sa place en Équipe de France. "Il faut que je parte à un moment ou un autre pour passer un nouveau cap et devenir le meilleur joueur du monde."

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité