TEMOIGNAGE. "J'ai toujours pensé à elle" : à 89 ans, il se lance à la recherche de son amour de jeunesse

Raymond Aumage a rencontré Geneviève Garcin en 1956. Aujourd'hui, il aimerait la retrouver, ou du moins savoir ce qu'est devenu son amour de l'époque, lorsqu'ils vivaient tous deux à Salon-de-Provence. Il a contacté France 3 Provence-Alpes pour relayer son appel.

C'est l'histoire d'un homme qui n'a jamais oublié son premier amour. Même s'il remonte au siècle dernier. Raymond Aumage vit dans le Var et soufflera bientôt ses 90 ans. Il se trouve aujourd'hui à l’Escandihado, la maison de retraite de Flassans-sur-Issole.

"Elle a laissé tomber l'autre pour me prendre moi"

Ce Marseillais d'origine rencontre Geneviève Garcin alors qu'il effectue son service militaire en tant que cuisinier, à Salon-de-Provence, dans les Bouches-du-Rhône. C'est un de ses amis chauffeurs qui fait l'intermédiaire. À l'époque, elle a 17 ans et travaille dans un bar près de sa caserne.

Son cœur est déjà pris, mais elle tombe rapidement sous le charme de Raymond. "Elle a laissé tomber l'autre pour me prendre moi", affirme-t-il avec fierté.

Ils se fréquentent pendant un an et demi. Quand Raymond termine son service militaire, il fait des allers-retours régulièrement pour retrouver sa belle. Ils s'échangent "des lettres langoureuses avec des petits cœurs". "Mon père me disait 'Tiens, tu as encore une lettre de ton amoureuse", plaisante-t-il.

Petit à petit, l'amour "s'estompe" et les deux tourtereaux finissent par ne plus se fréquenter. 

Se remémorer le passé

Et aujourd'hui, ce sont les souvenirs qui restent. Raymond, qui a encore toute sa tête, se rappelle du rire de cette jeune fille aux cheveux châtains et de ses yeux bleu-vert pétillants. "J'ai toujours pensé à elle, c'était ma jeunesse. On a passé de bons moments ensemble", confie-t-il dans sa toute petite chambre décorée de dessins et de collages. Il aimait sa compagnie et son dévouement. 

"Quand j'étais en prison (pendant son service militaire), elle venait faire 1,5 km à pied, même quand elle avait la grippe pour venir me voir."

Raymond Aumage

à France 3 Provence-Alpes

C'est à 89 ans que l'homme au visage rieur décide de rechercher cette fameuse Geneviève, vestige de son passé. "Je voudrais savoir si elle est encore en vie, si elle s'est mariée depuis. Ça me ferait plaisir si elle se manifestait". Il aimerait qu'ils se racontent chacun leur vie, ce qui a pu se passer entre-temps.

Les mains flétries par l'âge, les cheveux blancs coiffés par une queue-de-cheval, le presque nonagénaire regarde, de ses yeux couleur ciel, d'anciennes photos avec tendresse. Derrière lui, des photos de sa famille sont mises en valeur dans des cadres couleur or. Ses enfants, eux, ne soutiennent pas sa démarche. "Ils étaient très attachés à mon épouse, alors ils n'ont pas forcément envie que je la retrouve", souffle-t-il.

Il se met à rire en se remémorant une anecdote. Dans son vieux portefeuille en peau de serpent, il avait gardé précieusement des photos de Geneviève. Lorsque son ancienne épouse, décédée en 2017, a découvert ces clichés, "elle a tout déchiré de rage. Elle était jalouse". 

Raymond le sait. Il y a des chances que son amour de jeunesse soit décédé. Il nous confie que cela lui ferait beaucoup de "peine".

Des recherches ont été effectuées auprès de la mairie de Salon-de-Provence pour retrouver Geneviève Garcin. Sans succès. Raymond reste alors toujours dans l'attente de nouvelles de celle qui a fait battre son cœur un temps.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité