Vaccination : voilà pourquoi tout le monde ne pourra pas se faire vacciner

La campagne de vaccination nationale pour les plus de 75 ans débute de lundi 18 janvier. Mais les centres de vaccinations sont déjà pris d'assaut. Les doses vaccinales seront-elles en nombre suffisant? Les médecins généralistes, pharmaciens et infirmières seront-ils associés ?

La campagne de vaccination pour les plus de 75 ans débute ce lundi 18 janvier.
La campagne de vaccination pour les plus de 75 ans débute ce lundi 18 janvier. © FTV

La vaccination est depuis ce lundi 18 janvier ouverte aux plus de 75 ans ne vivant pas en maison de retraite. Pour s'en donner une idée précise, il s'agit de cinq millions de personnes.

En PACA ce sont plus de 525 000 personnes selon les chiffres insee de 2017.

S'y ajoutent près de 800.000 personnes présentant des pathologies à "haut risque" : insuffisances rénales chroniques, cancer sous traitement, etc. 

Au total, 6,4 millions de personnes sont ainsi appelées à se faire vacciner.

En visite à Lyon samedi 16 janvier, Jean Castex a aussi reconnu que les plus de 75 ans ne pourraient pas être vaccinés "en quelques jours", et appelé à une vaccination "dans le calme".

Les vaccinations "s'effectueront de manière progressive, au fur et à mesure que les 200 millions de doses de vaccin que la France a commandées ou précommandées arriveront sur le territoire national", a-t-il ajouté, en assurant que le défi sera "relevé".

En ce premier jour de vaccination élargie, de nombreuses questions et inquiétudes persistent. Elles concernent les moyens mis en oeuvre pour une vaccination massive. Voilà pourquoi, il va falloir s'armer de patience. 

Sur la carte ci-dessous, moins d'un pour cent de la population en PACA est vaccinée.

Dans les Bouches-du-Rhône, les lieux de vaccination sont au nombre de 33 ce lundi 18 janvier. Dans le Vaucluse, il y a 11 centres, 10 dans les Alpes-de-Haute-Provence et quatre centres dans les Hautes-Alpes selon Santé.fr.

Problème, le site sante.fr du gouvernement, où l'on peut aussi s'inscrire et prendre rendez-vous, sature déjà. Il indique que les premiers créneaux disponibles le seront en février. 

Vendredi, plus d’un million de rendez-vous avaient été pris auprès d’un centre de vaccination dans toute la France pour les deux injections (soit 500 000 personnes concernées), a indiqué la direction générale de la santé.

Il est donc impossible pour le moment de prendre de nouveaux rendez-vous. A chaque clic sur le site santé.fr, ce même message.

Comme le montre cette capture d'écran, il est impossible de prendre de nouveaux rendez-vous sur le site de Santé.fr
Comme le montre cette capture d'écran, il est impossible de prendre de nouveaux rendez-vous sur le site de Santé.fr © Capture écran Santé.fr

Le ministre de la Santé Olivier Véran a invité à la "patience", alors que les doses du précieux sérum n'arrivent que progressivement. Il a affirmé que "plus d'un million de vaccinations seront réalisées" d'ici fin janvier, entre 2,4 et 4 millions d'ici fin février.

Le nombre global de doses de vaccins délivré sur le territoire national devrait être de 500.000 par semaine. Sur France Inter lundi matin, on apprend que seulement 250.000 doses sont disponibles pour cette première semaine de vaccination.

"Il n'y a pas assez de vaccins pour tout le monde", souligne Jacques Battistoni, président du syndicat de généralistes MG France dans le Journal du dimanche. Prédisant "un faux début" lundi, il reproche au gouvernement de ne pas lancer une campagne de masse, mais "d'organiser des files d'attente!"

Ces personnes lourdement handicapées qui ne peuvent se rendre dans les centres de vaccinations ne seront pas dans les premiers vaccinés. Ni même dans les seconds.

Selon le gouvernement, ils doivent avoir la possibilité de se faire vacciner à domicile. Si un temps, il a été question d'organiser des tournées par les hôpitaux pour vacciner ces personnes, ou d'avoir recours aux médecins généralistes ou aux infirmières libérales, ce n'est plus du tout d'actualité.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société vaccins économie