Vous allez en prendre plein les yeux : le musée de l’illusion d'optique ouvre à Marseille

Près de soixante-dix œuvres en trompe-l'œil seront dévoilées le 16 juin, aux Voûtes de la Major, à Marseille. Une expérience sensorielle qui a déjà rencontré le succès dans plusieurs villes françaises.

Un musée qui donne le tournis, mais qui a la cote. Le musée de l’illusion ouvrira ses portes à Marseille, dès le vendredi 16 juin, à deux pas de la cathédrale de La Major. "On a choisi cet endroit par ce que c’était un véritable coup de cœur, les établissements alentours sont prestigieux. La place est ouverte sur la mer et il y a beaucoup de passage", argumente Steven Carnel, co-fondateur du musée et directeur des trois musée de l’illusion à Paris et Lyon. L’illusion a le vent en poupe auprès d’un public hétérogène.

Un succès sans désillusions

Le tout premier musée de l’illusion s’est implanté en Europe, dans la ville de Zagreb, en Croatie. C'était en en 2015. En 2019, c’est à Paris que le musée de l’illusion s’installe, en 2021 c’est à Lyon et en 2023 à Marseille. "On projette de s’installer à l’Ouest du pays, mais pour l’instant on reste concentrés sur l’ouverture à Marseille", déclare Steven Carnel. Le musée de l’illusion marseillais totalise quasiment un an de travaux, mais le jeu en vaut la chandelle.

Plusieurs illusions nouvelles attendent les spectateurs et sont spécifiques au musée marseillais. Une salle d’anamorphose, la déformation picturale d’une image, et une salle avec des miroirs infinis seront complètement modernes.

D’autres pièces phares attendent les visiteurs, notamment le tunnel vortex, un tunnel où l’image se meut et s’accélère à l’approche du visiteur. Des hologrammes et tableaux en 3D, sont également prévus accompagnés de la mention scientifique créée autour de l’effet d’optique.

En effet, l’illusion est avant tout une neuroscience qui étudie la vision binoculaire face à un objet inexistant et l’interprétation du cerveau humain.

Les plus célèbres trompe-l’œil appartiennent à des recherches historiques, tel que l’échiquier d’Adelson ou le triangle infini de Roger Penrose. Les arts visuels ont également utilisé le trompe l’œil pour porter un double sens à une œuvre picturale, d’Arcimboldo à Victor Vasarely.

"L’illusion déclenche des mécanismes sensoriels qui sont attrayants, indique Steven Carnel. C’est à la fois éducatif et accessible."

La plupart des lieux de culture multiplient ces initiatives sensorielles et visuelles ces dernières années. Des projections en 3D aux expositions immersives, l’art et la science n’ont jamais été autant à portée de main.