• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Crise hospitalière : à Martigues les urgentistes chantent leur colère sur une reprise des Restos du coeur

La chanson des urgentistes de l'hôpital de Martigues / © S. ACCARIAS / France 3 Provence-Alpes
La chanson des urgentistes de l'hôpital de Martigues / © S. ACCARIAS / France 3 Provence-Alpes

Mobilisés pour dénoncer leurs conditions de travail, les urgentistes en grève de l'hôpital de Martigues ont décidé de chanter en choeur leurs revendications sur une reprise du célèbre morceau des restos du coeur. "Aujourd'hui on n'a plus le choix, on va faire grève, on cèdera pas"...
 

Par GB / France 3 Provence-Alpes

Tous les moyens sont bons pour se faire entendre, même si de leur point de vue, la ministre de la santé Agnès Buzyn fait toujours la sourde oreille.

Une nouvelle fois mobilisés pour dénoncer leurs conditions de travail, les urgentistes de l'hôpital de Martigues ont décidé de chanter en choeur leurs revendications sur une reprise du célèbre morceau des Restos du coeur, écrit par Jean-Jacques Goldman. 

A la sortie, rythmique guitare à l'appui, c'est un "Aujourd'hui on n'a plus le choix, on va faire grève, on cèdera pas... Y'en a marre des conditions de travail, vous êtes humains pas du bétail, les insultes et les agressions, aucune considération, plus de moyens, plus d'espérance dans les urgences, les urgences de France". 
La chanson des urgentistes en grève de l'hôpital de Martigues

Les urgentistes en grève de l'hôpital de Martigues chantent en choeur leurs revendications et leurs conditions de travail "Aujourd'hui on n'a plus le choix, on va faire grève, on cèdera pas"....

Publiée par France 3 Provence-Alpes sur Vendredi 14 juin 2019
Le gouvernement va débloquer 70 millions d'euros de mesures immédiates pour tenter d'apaiser les personnels des services d'urgences mobilisés depuis trois mois, a annoncé vendredi le ministère de la Santé à l'issue d'une réunion avec les représentants du secteur.
   
Une large part de ce montant (55 millions) sera consacrée à la généralisation et à la revalorisation d'une prime de 100 euros net mensuels, versée dès juillet "à tous les professionnels des services d'urgence (hors médecins)", a indiqué le ministère.
   
Cette prime concernera environ "30.000 personnes", a précisé devant la presse la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

Agnès Buzyn a reçu vendredi matin au ministère de la Santé les médecins, infirmiers, syndicats et directeurs hospitaliers pour lancer une "mission nationale" dont le premier rapport est attendu en novembre.
          
Le conflit a franchi un palier fin mai, lorsque des soignants de Lons-le-Saunier (Jura) ont été réquisitionnés à leurs domiciles pour pallier l'absence de leurs collègues en arrêt maladie.

Depuis, des équipes entières se sont fait porter pâles à Paris et à Bordeaux. 

Entamée mi-mars dans un hôpital parisien, après une agression, la grève des services d'urgence a essaimé dans des dizaines d'établissements partout en France.
          

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Jérôme Viaud (06), maire de Grasse revient sur la dégradation de sa permanence

Les + Lus