Cet article date de plus de 5 ans

32 e de Coupe de France : L'OM se qualifie grâce à Mandanda

L'Olympique de Marseille s'est qualifié pour les 16e de finale de la Coupe de France dimanche soir grâce à l'excellence de son gardien lors des tirs au but contre Caen. Marseille connaîtra son adversaire ce lundi.
Steve Mandanda a envoyé dimanche l'Olympique de Marseille en 16e de finale de la Coupe de France, notamment grâce à une excellente séance du portier olympien lors des tirs au but contre Caen, repoussant trois tentatives normandes (0-0 a.p., 3-1 t.a.b.). Les deux équipes ont eu le mérite d'offrir un spectacle très plaisant aux presque 16.000 spectateurs, compte-tenu de la date du match et d'une pelouse rapidement dégradée après les précipitations de la journée. 

Globalement Caen a fait meilleure impression, s'appliquant à ressortir très proprement les ballons et développant des offensives qui lui ont offert de nombreux centres, malheureusement pas assez précis. Steve Mandanda a été l'homme du match, s'employant fréquemment face aux actions normandes, alors que son équipe a été réduite à 10 à la 62e minute. 

Il a notamment repoussé des deux poings une volée d'Alaeddine Yahia monté aux avant-postes (8e) et une frappe de 23 mètres d'Andy Delort (27e), avant de bien se coucher pour détourner d'une manchette réflexe une tentative de Jonathan Delaplace, idéalement décalé par Delort à l'entrée de la surface (42e). L'attaquant caennais a encore fait trembler les Marseillais sur une déviation de la tête à la suite d'un corner, dégagée sur la ligne (68e), puis sur un missile de plus de 30 mètres, sur lequel Mandanda n'a pris aucun risque (75e). Marseille a davantage cherché à se rassurer défensivement avec son 4-5-1 qui laissait souvent Michy Batshuayi trop isolé devant un trio Abdelaziz Barrada-Lucas Silva-Lucas Ocampos qui n'a que trop rarement crée de décalages. 

L'avant-centre belge s'est tout de même distingué sur une percée en début de deuxième période, venant buter sur un Rémy Vercoutre bien placé (49e), puis par une frappe en pivot (77e). Vercoutre avait déjà été très vigilant pour dégager en deux temps une magnifique
reprise de volée en pleine course de Lassana Diarra à la suite d'un corner (19e).

Ocampos en vue 

La seconde période a été particulièrement éprouvante pour les Olympiens qui ont d'abord perdu Karim Rekik, logiquement expulsé pour une faute en tant que dernier défenseur sur Féret (62e).  C'est ensuite Benjamin  Mendy qui s'est blessé à une cuisse lors d'une course, pour être remplacé par Paolo De Ceglie (72e) qui a lui-même dû céder sa place à Stéphane Sparagna dix minutes plus tard, après un choc aérien avec Delort (82e). 

Mais c'est paradoxalement en infériorité numérique, et alors que les Caennais marquaient le pas physiquement, laissant des espaces, que Marseille s'est montré dangereux, surtout par Ocampos. L'Argentin, annoncé sur le départ vers la Fiorentina, s'est créé quatre occasions,
dont deux énormes, un plat du pied complètement raté alors qu'il était seul au second poteau qui aurait pu éviter la prolongation (88e), et une frappe trop molle et croisée (108e) qui a désespéré l'entraîneur Michel devant son banc. 

Lors de la séance de tirs au but, Mandanda a été impérial, détournant trois tentatives normandes, alors que ses coéquipiers réalisaient un sans-faute. Marseille jouera les 16e de finale dans deux semaines et connaîtra son adversaire ce lundi après-midi. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
om football sport coupe de france