Quatre des cinq personnes interpellées lundi dans l'enquête sur l'assassinat de la richissime femme d'affaires monégasque Hélène Pastor et de son chauffeur Mohamed Darwich ont été relâchées sans charge, la cinquième est toujours en garde à vue à Marseille.

Une décision concernant le cinquième gardé à vue devrait être prise dans la journée, a-t-on appris de même source. Dans cette affaire, les placements en garde à vue peuvent durer jusqu'à 96 heures.

Lors de leur arrestation, une source proche de l'enquête avait indiqué que les gardés à vue étaient "susceptibles d'avoir fourni des moyens, notamment en armes et munitions, aux auteurs des faits". 
Dans ce dossier, le juge avait organisé une reconstitution mercredi 22 avril de l'assassinat d'Hélène Pastor et de Mohamed Darwich, devant l'hôpital L'Archet, à Nice, à laquelle le tireur présumé a refusé de participer.

Samine Saïd Ahmed, 24 ans, né à Moroni aux Comores, est soupçonné d'être le tireur, et Alhair Hamadi, 31 ans, Marseillais d'origine comorienne, aurait été le guetteur. La reconstitution devait permettre de déterminer les conditions dans lesquelles les deux exécutants présumés ont opéré le 6 mai 2014, en fin d'après-midi. Hélène Pastor avait été tuée, ainsi que son chauffeur, au moment où elle quittait en voiture l'hôpital L'Archet après y avoir rendu visite à son fils, Gildo Pastor.
Les deux victimes étaient décédées quelques jours plus tard des suites de leurs blessures causées par une arme de chasse Outre les exécutants, les principales figures du dossier sont le commanditaire présumé, Wojciech Janowski, compagnon de la fille d'Hélène Pastor, Sylvia Pastor, qui aurait agi pour mettre la main sur l'héritage de la femme d'affaires, ainsi que le coach sportif Pascal Dauriac, suspecté d'être l'organisateur.
Au total, sept personnes sont mises en examen pour ce double assassinat.
(Avec AFP)