La CGT propose un service minimum provisoire entre la Corse et le continent

Alors que la grève a été reconduite par la CGT au sein de l'ex-SNCM et de la Méridionale, le syndicat propose aux directions des deux compagnies, un service minimum provisoire entre le continent et la Corse, le temps d'obtenir une rencontre avec l'office des transports de Corse et l'exécutif.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

La grève a été reconduite, après l'assemblée générale tenue ce matin, au sein des Compagnies de la Méridionale et de l'ex-SNCM. Toutefois, la CGT compte proposer aux deux directions concernées, un service minimum entre la Corse et le continent, le temps d'une rencontre avec le président de l'Office des transports de Corse et l'exécutif de l'île.
Frédéric Alpozzo, le représentant des marins CGT de l'ex-SNCM, explique qu'il s'agit de leur exposer "que cette ouverture de ligne (de la Corsica Linea) ne respecte pas les objectifs de la délégation de service public, et que

sur le fond, elle n'a qu'un seul but, c'est faire doublon avec le service public déjà en place, et de le détruire économiquement et socialement..."


En Corse, la table ronde initialement prévue ce matin sous l'égide des nouveaux élus de la Corse, a été annulée

Manifestation à Ajaccio

Mais une manifestation plusieurs centaines de personnes s'est déroulée dans les rues d'Ajaccio, initiée par Corsica Maritima, regroupant un groupe d'entrepreneurs corses.
"C’est inacceptable et nous devons envoyer à l’Etat et à la CGT marseillaise, un message fort pour que cela soit la dernière fois que cela arrive,

nous avons assez payé, assez perdu d’activité, de chiffre d’affaires, d’emplois, nous avons trop souffert devant un développement brimé, notre travail et nos efforts annihilés, pour accepter sans mot dire, que cette lancinante prise d’otage continue, se reproduise et prospère, encore et encore"


signent dans un communiqué le conseil d'administration et les adhérents de Corsica Maritima.