Cet article date de plus de 5 ans

Ecoles insalubres à Marseille : Jean-Claude Gaudin débloquera 9 millions d'euros pour les travaux urgents

En conseil municipal réuni lundi, le maire de Marseille a dénoncé le Marseille bashing et annoncé une subvention de 9 millions d'euros pour les écoles délabrées à remettre en état et la mise en place d'un numéro unique pour les directeurs d'école. 
Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire de Marseille
Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire de Marseille © Photo AFP
Premier dossier à l'ordre du jour du conseil municipal ce lundi, l'insalubrité de certaines écoles publiques de la ville. Le sénateur-maire Jean-Claude Gaudin a dénoncé "un Marseille bashing" fustigeant "la manipulation" d'un "grand quotidien national", visant l'édition du 2 février de Libération. Mardi, le quotidien avait titré  "La honte de la République".

Sûr de son bilan, et il a rappelé que la ville a consacré en 2015, "198 millions d'euros à l'éducation", ce qui en fait "le premier poste de dépenses de la 2e ville de France, soit 12% de son budget total".

Le maire de Marseille qui souhaite jouer la transparence a décidé de lancer une "opération vérité". Il a invité dès ce lundi après-midi "quiconque", et plus particulièrement les élus et la presse, à visiter les écoles critiquées, pour montrer "la réalité de cette mission difficile".

La sénatrice-maire des 15-16e (8e secteur), Samia Ghali s'est indignée sur son compte Twitter et sur sa page Facebook de ce "Gaudin Tour" improvisé dans les écoles. 


Réfutant les accusations portées sur l'abandon de certains quartiers, Jean-Claude Gaudin a quand même annoncé que la Ville déblquera une enveloppe de 9 millions d'euros sur trois ans" consacrée aux travaux urgents, "si le gouvernement met comme prévu 3 millions par an pendant 3 ans pour le financement des activités périscolaires à Marseille, autre sujet polémique depuis la mise en place de la réforme. 

Le maire de Marseille a également déclaré lors de ce premier conseil municipal depuis que la polémique a éclaté, qu'il allait mettre en place "un numéro unique" pour faciliter les démarches des directeurs d'écoles qui auront à signaler des travaux urgents dans leur établissement.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société politique