• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Mondial à pétanque : Dugény s'impose face à Foyot et va en finale

Marco Foyot ne décrochera pas un septième sacre. Il vient en effet stopper son rêve en demi-finale, face à l'efficace triplette emmenée par Jean-Charles Dugény. Une partie qui est longtemps restée indécise.

Par Frédéric Guillout

La septième étoile possible de Marco Foyot a fait vibrer cette 55ème Marseillaise. De nombreux symboles accolés à cette édition aurait pu écrire une page historique. Cette année en effet, Marco Foyot fêtait les 40 ans de son triplé historique et égaler le record des 7 victoires d'Albert Pisapia. Associé à la jeune pépite Tyson Molinas, ces deux générations de champions auraient pu devenir mythiques. Seulement, il fallait passer l'obstacle Dugény en demi-finale.

Les épaules solides de Chagneau et Grandet

Dès le début de partie pourtant, l'équipe Foyot-Molinas-Dubois a montré des signes de faiblesse. La pression de l'enjeu ?....Peut-être....En tout cas, le prodige Tyson Molinas manquait double. Vigo Dubois et Foyot limitaient alors la casse en serrant au millimètre le jeu. Didier Chagneau partait alors au but, puis réussissait un carreau bien heureux après avoir manqué : 3 0 pour Dugèny. Dès la seconde mène, l'écurie Foyot haussait son niveau de jeu, et inscrivait 4 points pour mener 4-3. 


La troisième mène voyait Tyson Molinas retrouver sa terrible force de frappe, et réussir deux superbes tirs. Mais seulement, autre signe de fébrilité, c'était au tour de Marco Foyot de manquer double sur une mène qui s'annonçait féconde en point. De sa dernière boule, Didier Chagneau manquait le tir au point, mais tombait sur le but. Mène nulle. 
La suite de la partie a vu Vigo Dubois monstrueux au point, tandis que son homologue Jean-Charles Dugény perdait beaucoup de boules. L'écart de volume de jeu entre ces deux pointeurs aurait pu profiter à l'équipe Foyot. Sauf qu'en face, Thierry Grandet en milieu et Didier Chagneau au tir réussissaient une énorme partie. Clairement, ces deux champions du Monde ont sauvé les meubles. A ce moment de la partie, ni Tyson Molinas ni Marco Foyot ne sont parvenus à élever suffisamment leur niveau pour faire la différence. Ajoutons à cela deux ou trois coups de but heureux en faveur de la formation Dugény, et l'issue de la partie demeurait complètement indécise.

Efficacité contre irrégularité

L'ultime mène a illustré la petite forme de la triplette Foyot, et la régulière efficacité de l'équipe Dugèny. Un Dugény qui distillait d'entrée un très beau point. Tyson Molinas la frappait, sans cadrer. Là, Vigo Dubois gagnait, mais sans vraiment étouffer le point. Tranquillement, Dugèny regagnait. Vigo s'égare, Foyot regagne, mais Didier Chagneau, efficace sur les boules importantes, faisait mouche. Alors, Foyot puis Molinas perdait chacun leur boule. La porte de la finale s'ouvrait alors largement pour la triplette Dugény, qui se jetait sur l'occasion pour remporter la partie sur le score de 13 à 9.  Même si les vainqueurs ont fourni un jeu solide, Foyot, Molinas et Dubois doivent certainement s'en vouloir....

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview du colonel Jacques Baudot, SDIS 83

Les + Lus