Cet article date de plus de 7 ans

La pétanque pour les nuls

A J-10 de la 53e édition du Mondial la Marseillaise à Pétanque qui va réunir plus de 10.000 joueurs à Marseille, voici tout ce qu'il faut savoir pour comprendre ce sport emblématique de la Provence, pratiqué par 15 millions de Français. 

Pétanque contre Longue 

L’expression Pétanque vient du provençal qui signifie « pieds tanqués », donc pieds joints et plantés dans le sol. Le joueur de pétanque lance sa boule sur une distance d’environ 6 mètres, sans élan, à partir d’un cercle d’une trentaine de centimètres tracé sur le sol.


 

A ne surtout pas confondre avec le jeu provençal appelé aussi « Longue » ou «  3 pas » où le bouliste prend 3 pas d’élan avant de lancer sa boule. Les bases du jeu sont identiques mais bien sûr le terrain est adapté ! Jusqu’à 24 mètres de long pour la Longue.

Ainsi pour la petite histoire, à Marseille, le tournoi de pétanque du quotidien communiste La Marseillaise serait né en opposition au concours de Longue organisé par le Provençal du socialiste Gaston Defferre.


L’inventeur  

Le jeu de boule est apparu par un bel après-midi de juin 1910 à la Ciotat. L’histoire raconte qu’un certain Jules Lenoir souffrant de rhumatismes commença à lancer ses boules sans pouvoir se déplacer. Ses amis se joignirent à lui, pour jouer les pieds joints. Une plaque commémorative rappelle que c’est à cet endroit, sur le terrain de la Boulé Etoilée que la pétanque est née.



Le terrain 

Entre amis, on peut jouer à la pétanque où on veut et le terrain n’est souvent pas délimité. Mais attention, en compétition officielle c’est autre chose. Le terrain appelé « cadre » doit avoir des dimensions minimales de 15 m de long et 4 m de large.

Le bouchon 

Tiré de l'occitan "bochon" qui veut dire « petite boule » le bouchon désigne le but. Il est fait en bois et son diamètre peut varier de 25 à 35 mm.  Il est lancé depuis le cercle en début de partie pour marquer le « but » à atteindre, à 6 mètres minimum et 10 mètres maximum. Il doit toujours resté visible des joueurs dans le cercle.  C’est à partir de la position du bouchon que le cercle de la partie suivante est tracé pour recommencer à jouer.



Attention pour les puristes, en provence, on emploie le mot « bouchon » alors que « cochonet » est un terme plutôt utilisé par les parisiens.

Téter le bouchon 

C’est quand la boule vient se coller au but, on dit aussi « faire un biberon » ou un « têtard ».

Pointer

C’est l’action d’ajuster son tir, jouer vers le bouchon. L’objectif est de se rapprocher le plus près possible du bouchon pour faire le point.


Tirer

C’est l’action de lancer sa boule pour dégager la boule adverse qui marque le point.


Le carreau parfait

Quand le tireur lance sa boule et qu’elle vient prendre la place exacte de la boule adverse, il fait un carreau parfait.


Le point 

L’équipe qui place sa boule la plus près du bouchon marque le point. En cas de doute ou de contestation, on sort un bout de ficelle ou un mètre à mesurer pour déterminer le point gagnant. Et sans faire bouger les boules, malheureux ! Pour les plus tatillons, il existe même aujourd’hui une appli payante « A qui le point » pour smartphone et tablette qui permet de mesure le point sans toucher aux boules et sans même avoir à se baisser !  La partie se joue généralement en 13 points

La mène

La mène désigne une manche. Elle se termine quand tous les joueurs ont lancé leurs boules. On compte alors le total des points. Une partie est constituée d’un enchaînement de mènes.


Tête-à-tête, doublette et triplette

Si l’on joue seul face à un adversaire, c’est un « tête à tête », à deux une « doublette ». Dans les deux cas, les joueurs ont trois boules identiques chacun. A trois joueurs, c’est une « triplette ». Chaque joueur dispose de deux boules en main. Comme le stipule le règlement très officiel de pétanque de la F.I.P.J.P, toute autre formule est interdite !


Embrasser Fanny

C’est l’humiliation de perdre une partie 13 à zéro. La tradition voulait que les vaincus embrassent les fesses d’une femme postiche, Fanny, représentée sur un tableau, par une poterie ou une sculpture.


Un sport de haut niveau


La pétanque est reconnue sport de haut niveau en France depuis 2003.  Elle fera peut-être un jour son entrée aux J.O. Avec 470.000 licenciés (20% de femmes et 10 % de juniors), elle pointe depuis des années dans les 10 sports les plus pratiqués (devant la voile et la natation). 

La pétanque est un sport et à ceux qui en doutent rappelons qu’on estime qu’un joueur peut parcourir jusqu’à 18 km sur une journée de compétition.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
la marseillaise à pétanque sport pétanque