• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Sisygambis en immersion dans “Les aventuriers des mers” à l'IMA

Boutres à Zanzibar / © Photo Christine Coulange (Sisygambis)
Boutres à Zanzibar / © Photo Christine Coulange (Sisygambis)

Le groupe marseillais Sisygambis propose quatre pièces au sein de l'exposition  "Les aventuriers des mers" co-produite par l'Institut du Monde Arabe et le Mucem. Il y est question des grands navigateurs médiévaux. Et les créations multi-média de Sisygambis participent à leurs voyages.

Par Ghislaine Milliet

"Les aventuriers des Mers"... Voilà une belle co-production qui réunit Paris et Marseille,  l'Institut du Monde Arbabe (IMA) et le Mucem. Dénominateur commun, entre ces deux villes, le groupe Sisygambis, ancré à Marseille, et repéré par l'IMA pour ses créations multi-média, autour des civilisations de la Méditerranée et de l'Océan indien. 

"Nous présentons quatre pièces", explique Christine Coulange, la directrice artistique de Sisygambis. "Depuis 2007, nous travaillons sur le parcours de la Méditerranée à l'Océan indien, nous avons parcouru de nombreux pays. C'était une suite logique de nous intéresser à la voie maritime".

Le lagon de Zanzibar / © Photo Christine Coulange (Sisygambis)
Le lagon de Zanzibar / © Photo Christine Coulange (Sisygambis)

Les pièces de Sisygambis inscrites dans l'exposition sont des créations sonores et visuelles.

Je crois que ce que l'on apporte à cette exposition, c'est de l'immersion au coeur des peuples de l'océan indien, cela donne une vision intemporelle


poursuit Christine Coulange. 
Si l'exposition des "Aventuriers des mers" retrace l'histoire et les mythes liés aux grands navigateurs arabes, Sisygambis vogue à bord des embarcations traditionnelles des Comores et de Zanzibar. Et plonge aux sources de ces peuples. 

Les explications éclairées de l'anthropologue Damir Ben Ali dévoilent l'origine arabe du mot "Comores".. Abdul Sheriff, le directeur de l'Institut de Recherches de l'Océan indien, apporte son expertise sur l'exceptionnelle mixité des habitants de Zanzibar...
Tournées par Nchan Manoyan, Gérard Gallian et Christine Coulange, les images sont retravaillées artistiquement. La bande son qui les accompagne est une création sonore à part, qui en renforce le sens.  
En fond musical, résonnent en boucle les morceaux choisis d'artistes des Comores et de Zanzibar comme Mohamed Issa Matona et Kheri Kombo.

Un web-documentaire dans plusieurs langues 


Voyages, chants, musiques, civilisations ... Ces mots clefs pourraient définir le groupe Sisygambis s'il nous fallait le chercher sur la toile. Car le numérique est son support, et le multi-média son art. Son inspiration ? L'humanité, que son regard d'artiste transforme en oeuvre poétique et moderne.

Pêche collective , Grande Comore / © Photo Christine Coulange (Sisygambis)
Pêche collective , Grande Comore / © Photo Christine Coulange (Sisygambis)

Cela donne un mélange de sons et d'images captées dans la vie quotidienne, et les transes rythmées des peuples.
Depuis ses débuts en 1999, marqués par la Route de la soie, Sisygambis a emmagasiné des milliers d'heures de films, d'images et de sons glanés au cours de ses longs voyages.

Ce véritable matériau audio-visuel a aujourd'hui valeur de patrimoine. Cela n'a pas échappé au responsable numérique de l'Institut du Monde Arabe, qui a commandé à Christine Coulange un web-documentaire qui sera traduit dans plusieurs langues...

Sisygambis à l'IMA
Le groupe marseillais Sisygambis participe à l'exposition "lLes aventuriers des mers" à Paris, une co-production Institut du monde arabe/Mucem - France 3 Méditerranée - Ghislaine Milliet, Jérémy Hessas

 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Les gilets jaunes à Plan de Campagne ce dimanche

Les + Lus