Trop proches de l'usine, les habitants ont leurs pièces de confinement

Publié le Mis à jour le

Au coeur du quartier de Saint-Menet à Marseille, se situe l'usine Arkéma, classée Seveso 2. En cas de nuage toxique, les habitants sont tenus d'avoir une pièce de confinement dans leurs habitations. Les premières sont finies, et sont pasyées par les collectivités et l'usine.

L'usine Arkéma est une usine implantée en plein coeur de ville. Classée Sevéso 2, elle représente un risque technologique pour la population alentour.

Une prise ne charge totale

A la suite de l'explosion de l'usine AZF il y a une quinzaine d'années, la loi impose dorénavant un périmètre de protection pour les habitants proches de ce type d'usine. Le Périmètre de Prévention des Risques Technologiques (PPRT), prévoit  une obligation pour les personnes résidant dans une circonférence de 500 m tout autour de l'usine. 
Cette obligation, c'est une pièce de confinement. Chaque appartement ou maison doit posséder une pièce la plus étanche possible en cas de nuage toxique. Cela nécessite des modifications dont le coût peut atteindre les 2000 euros. 
Jusqu'à présent, ces frais étaient à la charge des propriétaires, qui pouvaient bénéficier de crédits d'impôt.
Mais Valérie Boyer, députée et maire du 6 ème secteur de Marseille, a réussi à obtenir par son amendement, la prise en charge totale de ces frais supplémentaires.

En cas de nuage toxique

Dans le quartier de la Solitude, à la Millière, 350 logements et villas appartenant à des privés viennent de bénéficier de ces nouveaux avantages financiers.
Sarah Puchades, co-propriétaire, explique son soulagement à cette nouvelle, et nous fait visiter sa pièce confinée. Ses fenêtres et portes ont désormais des grilles obturables, faciles à fermer en cas de problème. 
Mais de quel problème pourrait-il s'agir ?
L'usine Arkéma produit de l'acide amino-undécanoïque, la matière première du Rilsan 11. Elle utilise du brome, du chlore et de l'amoniaque. En cas de fuite de l'un de ces produits, les habitants alentour peuvent se réfugier dans leur pièce de confinement, après le retentissement des sirènes, le temps du passage d'un éventuel nuage toxique.
Selon le directeur de l'usine, la population n'a jamais eu à subir un tel incident. Arkéma vient d'engager 8 miliions d'euros pour sécuriser les installations de son site de Saint-Menet.
durée de la vidéo: 01 min 51
Pièces de confinement près d'Arkéma ©France 3 Provence Alpes