Vaste escroquerie internationale aux fournisseurs: 4 à 6 ans de prison pour les têtes pensantes du réseau

Quinze prévenus étaient jugés depuis le 6 novembre pour une escroquerie aux ramifications internationales au tribunal correctionnel de Marseille.

Des peines de quatre à six ans de prison ont été prononcées lundi 11 décembre par le tribunal correctionel de Marseille à l'encontre des quatre principaux organisateurs d'une vaste escroquerie aux fournisseurs opérée notamment à partir d'un centre d'appel en Israël.

Alain Lasserie et Stéphane Benhamou, considérés comme les têtes pensantes du réseau, ont été condamnés aux peines les plus sévères: six ans pour le premier et cinq ans pour le second, ainsi qu'à 300.000 euros d'amende chacun. Des mandats d'arrêts ont été délivrés à leur encontre, leurs dernières adresses connues se trouvant en Israël.

La fraude impliquait un centre d'appel téléphonique basé en Israël

Seul présent au délibéré par visioconférence depuis la prison de la Santé à Paris, Emmanuel Fitoussi a été condamné à quatre ans de prison et 70.000 euros d'amende. Wilfried El Baze, lui aussi poursuivi pour escroquerie, a de son côté été sanctionné de quatre ans de prison avec mandat d'arrêt et 100.000 euros d'amende. Pour les onze autres protagonistes de cette affaire, des peines de 10 mois de prison avec sursis à un an ferme avec des amendes de 5.000 à 12.000 euros ont été prononcées.

L'escroquerie s'apparente à l'"arnaque au président" qui consiste à usurper l'identité d'un dirigeant d'entreprise pour convaincre un salarié de réaliser un virement. Les faits remontent pour l'essentiel à 2015-2016. Des entreprises françaises étaient contactées par téléphone ou par courriel par une personne se faisant passer pour un fournisseur et expliquait avoir changé de RIB. La fraude impliquait un centre d'appel téléphonique basé en Israël et des sociétés fictives, également basées à l'étranger, notamment en Espagne, chargées d'encaisser les fonds détournés.