• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Contrôle technique : les normes anti-pollution se durcissent dès le 1er juillet

Des changements dans le contrôle technique à partir du 1er juillet. / © MYCHELE DANIAU / AFP
Des changements dans le contrôle technique à partir du 1er juillet. / © MYCHELE DANIAU / AFP

En Provence-Alpes-Côte d'Azur comme partout en France, dès le 1er juillet, le contrôle technique des véhicules Diesel sera plus sévère, les normes anti-pollution se durcissent. Les émissions de particules fines vont notamment être regardées de plus près.
 

Par Jean Poustis / France 3 Provence-Alpes

Les nouvelles règles du contrôle technique feront leur apparition le 1er juillet. Les voitures roulant au gazole et sorties après 2011 seront particulièrement concernés. 

Qu'est-ce qui change au 1er juillet ?

Les émissions de particules fines, mesurées par l’opacimètre permettant de mesurer précisément l’opacité des fumées rejetées, vont être regardées de plus près lors des contrôles. Lors des relevés, il y aura 20% de tolérance en moins.

Si lors du contrôle, le taux de particules fines est jugé trop élevé alors une contre-visite vous sera demandée.  

"Les voitures diesel ne supportent pas les trajets courts. On va retrouver ces véhicules aux contrôles techniques, ça va polluer car tous les gaz vont ressortir d’un coup.  Les valeurs contrôlées vont être énormes", explique Eric Barles, gérant de contrôle technique automobile 13.

Un contrôle plus long et plus coûteux

Le contrôle technique est obligatoire. Il est à effectuer avant la quatrième année du véhicule, puis tous les deux ans, dans un centre de contrôle technique agréé.

L’examen de votre voiture portera désormais sur 133 points répartis en 610 défaillances, contre 123 auparavant et 410 défaillances. Ce nouveau dispositif entraînera un contrôle plus long de 45 min à 1 heure, et nécessairement plus coûteux autour des 80 euros.

Au niveau des normes anti-pollution des points essentiels sont vérifiés : la teneur en monoxyde de carbone des gaz d’échappement ainsi que l’opacité des fumées d’échappement.

Un taux d'émission égale à celui d'homologation du modèle

Les seuils vont donc être abaissés, la méthode de mesure va changer. Il s’agira également pour le contrôleur de réaliser une accélération franche. 

Le véhicule inspecté devra avoir un taux d’émission de particules fines égal à celui qui a été enregistré lors de l’homologation du modèle du véhicule. Une voiture dont la valeur d’homologation est fixée à 0,51 ne pourra plus dépasser ce taux. Avant la réforme, les contrôleurs toléraient une marge de 0,7 à partir de cette valeur pour tous les modèles.

2 000 euros le filtre à particules

Les centres de contrôle technique risquent d’être pris d’assaut avant le 1er juillet. Les propriétaires de véhicule diesel vont anticiper l’examen afin d’éviter les mauvaises surprises et surtout s’offrir deux ans de plus avec leur voiture. 

En cas de contre-visite, les réparations coûtent chers, le changement du filtre à particules par exemple peut atteindre 2 000 euros.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le Dr Guevara explique la portée de cette modélisation numérique

Les + Lus