Covid : les Bouches-du-Rhône et le Var échappent encore à un durcissement des mesures sanitaires

Olivier Véran ne devrait pas annoncer jeudi de nouvelles mesures sanitaires pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 dans les  Bouches-du-Rhône et le Var. Le conseil de défense sanitaire a proposé un nouveau tour de vis pour trois départements : l’Aube,  la Nièvre et le Rhône.

Illustration - 3e vague de l'épidémie de Covid-19, les services hospitaliers toujours sous tension .
Illustration - 3e vague de l'épidémie de Covid-19, les services hospitaliers toujours sous tension . © Clementz MICHEL / MaxPPP

Bien sûr, une surprise est toujours possible. Mais en sortant du conseil de défense sanitaire hebdomadaire ce mercredi soir, le gouvernement parlait de mettre plus de restrictions à trois départements : l’Aube, la Nièvre et le Rhône.

Le gouvernement compte placer ces trois départements, dans la liste des départements soumis à des mesures de freinage renforcées, a annoncé mercredi Gabriel Attal à l’issue d’un nouveau conseil de défense sanitaire. 

"Je parlais devant vous il y a deux semaines de gros temps à venir ; nous y sommes", a constaté Gabriel Attal. "La situation épidémique est mauvaise et il nous faut agir, aller plus loin, là où le virus circule le plus, là où la dynamique générale est la plus forte, là où l’hôpital et le plus éprouvé."

Bouches-du-Rhône et Var n'ont pas été cités. À ce jour seize départements sont soumis depuis samedi à des mesures de restrictions renforcées. Dans notre région, seules les Alpes Maritimes sont concernées.

Parmi les Marseillais, ou les politiques, comme Renaud Muselier (président de région ) ou Martine Vassal (présidente du 13) beaucoup pariaient sur un prochain confinement.

Le secteur hospitalier est toujours sous pression et les images du carnaval de Marseille, avec ses 6.500 participants, ont fait le tour de la toile. 

Des chiffres toujours inquiétants

Selon l 'ARS, la circulation virale ne faiblit pas dans notre région. Le 5e et dernier palier du plan de gestion de crise a été activé. Il permet d'augmenter la capacité en réanimation de 50 lits sur la région et de redéployer du personnel soignant.

Ce mercredi, 1.466 personnes étaient hospitalisées, 503 personnes en soins critiques. Une cinquantaine de patients ont été évacués vers l'Occitanie, la Bretagne et la Nouvelle-Aquitaine depuis le 24 février.

En Paca, le taux d'occupation des lits de réanimation au 23 mars 2021, était de 111,3%. Le taux d'incidence était de 335,9 cas pour 100 000 habitants

Au niveau national, 400 personnes sont entrées en réanimation sur la seule journée de mercredi 24 mars.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société covid-19