Les crèches de Noël sont-elles autorisées dans les mairies ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par @avergnenegre

Le rapporteur public du Conseil d'Etat a recommandé ce vendredi d'autoriser, sous conditions, l'installation de crèches de Noël dans les bâtiments administratifs comme les mairies, au nom du principe de laïcité.

A presque deux mois de Noël, le débat sur la présence de crèches dans les mairies refait surface ce vendredi avec la recommandation du rapporteur public du Conseil d'Etat qui s'est dit favorable, sous certaines conditions, à leur installation dans les bâtiments publics au nom du principe de laïcité.



Ce matin, sur son compte twitter, la députée des Bouches-du-Rhône et maire des 11-12e arrondissements de Marseille, Valérie Boyer a affirmé sa volonté de défendre les créches: 

"Traditions populiares des régions"



Pour le rapporteur public Aurélie Bretonneau,le principe de neutralité "n'interdit pas d'installer des crèches sur le domaine public", sauf quand une "intention religieuse" préside

à une telle manifestation.

En novembre 2015, l'association des maires de France avait estimé que les représentations de la nativité n'avaient pas leur place dans les mairies, ce qui avait suscité la consternation des santonniers marseillais. Trois maires FN du Var, Marc Etienne Lansade, maire de Cogolin, David Rachline, maire de Fréjus et Patricia Zirilli, maire du Luc-en-Provence avaient décidé de quitter l'AMF suite à cette préconisation. Quant au député-maire de Nice, Christian Estrosi avait défendu la présence de crèches de Noël dans l'enceinte des mairies, au nom des "traditions populaires des régions"



La polémique avait éclaté en octobre 2015, quand la cour d'appel de Nantes avait validé l'installation d'une crèche au conseil général de Vendée, alors que celle de Paris avait au contraire donné raison à l'association qui refusait l'installation d'une crèche à la mairie de Melun.



Trois conditions



Le rapporteur souligne qu'installer une crèche dans une mairie ne peut être autorisé qu'à trois conditions :

► que cette exposition soit "temporaire"

►,qu'elle ne s'accompagne d'aucune manifestation de "prosélytisme religieux"

►qu'elle revête le "caractère d'une manifestation culturelle ou au moins festive".



Il faut savoir que l'avis du  rapporteur public du Conseil d'Etat, magistrat qui dit le droit, sont généralement suivis. 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité