Des élus demandent la gratuité des autoroutes cet été pour soutenir le tourisme et relancer l'économie

Vers la gratuité des autoroutes pour cet été ? La demande est faite par le parti de Nicolas Dupont-Aignan, emboitant le pas à la présidente de la région Occitanie qui en avait formulé la proposition début mai. Pour l'heure, le gouvernement est réticent.
Le parti politique plaide en faveur de la renationalisation des autoroutes depuis leur privatisation en 2005.
Le parti politique plaide en faveur de la renationalisation des autoroutes depuis leur privatisation en 2005. © Maxime Jegat / Maxppp
La proposition commence à se faire entendre de différents côtés de l’échiquier politique : la gratuité des autoroutes cet été.
C’est d’abord Carole Delga, présidente de la région Occitanie qui en a fait la demande au gouvernement début mai. Elle a ensuite été suivie par Debout le France, le parti de Nicolas Dupont-Aignan, qui défend la renationalisation des autoroutes depuis de nombreuses années. « Nous levons des barrières de péages depuis 2008 parce que nous sommes opposés à la privatisation des autoroutes et à l’augmentation invraisemblable des péages. C’est un vrai racket » estime Jean-Marc Chipot, secrétaire départemental de Debout la France dans les Alpes-Maritimes. 

Nice est la seule métropole de France avec un contournement payant, c’est une honte. Avec leurs milliards d’euros de bénéfice, les sociétés d’autoroutes peuvent bien faire un effort, au moins pour l’été.


200 € de péage pour un aller-retour Paris-Nice 

Pour ses défenseurs, la gratuité des péages permettrait de donner un coup de pouce au secteur du tourisme qui a beaucoup souffert de l’épidémie, ainsi qu’au pouvoir d’achat des ménages.
Le parti a lancé une pétition en ligne. « Sur la Côte d’Azur, nous soutenons d’autant plus cette mesure que nos autoroutes sont les plus chères de France », souligne Fabien Hurel, tête de liste du parti pour les élections municipales à Saint-Raphaël (Var). 

Pour un Parisien qui vient chez nous, c’est près de 200 € de péage, c’est énorme. La gratuité des autoroutes rendrait du pouvoir d’achat aux citoyens qui ont souffert de cette crise, et inciterait les gens à venir voir notre belle région. 


Vinci non compétent, l'État réticent 

Contactée, la société Vinci autoroutes répond qu’elle ne souhaite faire aucune déclaration. Elle rappelle que « c’est le ministère des Transports qui détermine les tarifs de péages et qui est donc compétent pour répondre à cette question ». 

Du côté du gouvernement, la mesure ne soulève pas l’enthousiasme. Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État aux transports, a évoqué une

« position politique […] qui sur le plan pratique et contractuel est assez inopérante. » 

Il faut rappeler que les sociétés d’autoroutes ont subi des pertes de chiffre d’affaires de l’ordre de 80 %. De plus, toute cela est géré et noué par des contrats qui n’ont pas été négociés par nous mais qui continuent à s’appliquer. 

Le secrétaire d’État fait ici allusion au contrat de privatisation des autoroutes françaises dans les années 2000.

Il a également rappelé que les sociétés d’autoroute ont rendu les péages gratuits pour les personnels soignants depuis le début de l’épidémie de Covid-19.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie autoroute politique transports urbains