La fin de la Tour K, symbole de la cité la Castellane à Marseille

La Tour K domine la cité de la Castellane depuis 50 ans. / © BORIS HORVAT / AFP
La Tour K domine la cité de la Castellane depuis 50 ans. / © BORIS HORVAT / AFP

La Tour K va tomber. D'ici un an, elle aura été rayée de la cité de la Castellane, dans le 15e arrondissement de Marseille. Construite en 1972, elle était devenue un grand supermarché de la drogue. 

Par Annie Vergnenegre

Les travaux de déconstruction ont démarré le mois dernier après trois ans de gestation. Ils vont durer près d'une année.

70 familles relogées 

A l'entrée de la Castellane, la Tour K va disparaître avec ses 91 logements délabrés et ses trafics. Sa démolition était déjà attendue en 2017, après la démolition de la Tour G où a grandi Zinedine Zidane.
Du haut de ses 45 mètres, elle s'imposait comme un totem de béton au coeur de la Castellane. De son 14e et dernier étage, elle offrait une vue imprenable sur l'autoroute du Littoral et la rade de l'Estaque. 
70 familles ont été relogées. Les deux dernières familles ont quitté la Tour en avril. Certains habitants vivaient ici depuis presque 50 ans. 

Supermarché de la drogue

Depuis deux décennies, les habitants de la Castellane vivent aux rythmes des trafics de drogue, des règlements de compte et des descentes de police. La cité est un "supermarché de la drogue", 1 000 clients en moyenne quotidienne pour un chiffre d'affaires évalué entre 50 000 et 80 000 euros par jour. 

La Tour K est réputée être le plus gros point de vente de la ville. En juin 2013, les policiers saisissent 100 kilos de cannabis et 1,34 millions d'euros. Le chef présumé du réseau de la Tour K est jugé en septembre 2015 avec 27 guetteurs, nourrices et logisticiens du réseau. Il écope de 8 ans de prison ferme. 

Entre 2013 et 2016, ce sont près de 80 personnes qui sont écrouées en lien avec des affaires de drogue. Malgré les interpellations à répétition, la cité reste une plaque tournante de la drogue.

Tirs de Kalach

On se souvient de ces tirs de Kalachnikov en février 2015, quelques heures avant la visite du Premier ministre Manuel Valls à Marseille.

En septembre 2017, deux hommes sont abattus à proximité de la cité. En juin 2018, la police annonce que le plus gros réseau de drogue est démantelé, 20 personnes interpellées, 200 kilos de résine de cannabis saisis ainsi que des armes dont 2 kalachnikov. En Juillet 2019 : 35 kilos de cannabis sont saisis sur un homme circulant en scooter. 
La tour K va laisser la place à une large voie paysagère au coeur de la cité. / © CLEMENT MAHOUDEAU/MaxPPP
La tour K va laisser la place à une large voie paysagère au coeur de la cité. / © CLEMENT MAHOUDEAU/MaxPPP
Avec la démolition de la Tour K et son remplacement par une route traversante, les autorités espèrent mettre enfin un véritable coup d'arrêt à ces trafics et à la vente de drogue dans la cité.

Tranches de vie

Pas de démolition spectaculaire, la Tour K va disparaître petit bout par bout pour limiter les nuisances des 4000 riverains pendant le chantier. La destruction de l'intérieur du bâtiment, portes, fenêtres, sanitaires carrelages et le désamiantage devraient durer 4 mois… Le grignotage des 14 étages interviendra ensuite, programmé jusqu'à l'été 2020. 

Le photographe Teddy Seguin a fixé la mémoire des habitants de la Tour K et leur déménagement. Ses clichés ont été exposés au centre social du quartier.
Le photographe suivra les étapes de la démolition. Ses photos seront exposées sur les palissades du chantier.



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus