Avalanche dans le massif des Ecrins à Pelvoux : le bilan est de 7 morts et une blessée

Publié le Mis à jour le
Écrit par Annie Vergnenegre .

La préfecture fait état de sept personnes décédées et d'une femme blessée dans l'avalanche qui a emporté un groupe d'alpinistes ce mardi dans le massif des Ecrins, sur la commune de Pelvoux. Les victimes sont de nationalité étrangère.

Le dernier bilan donné par le préfet des Hautes-Alpes après l'avalanche de ce mardi au Dôme de neige des Écrins fait état de sept personnes décédées. Les victimes, de nationalité étrangère se trouvaient à environ 4.000 mètres d'altitude. Une seule personne est rescapée, il s'agit d'une femme blessé au fémur.



Une plaque de vent

Au moins cinq victimes sont étrangères, d'une "nationalité européenne" selon le préfet qui n'a pas voulu préciser laquelle. "Nous devons prévenir les autorités consulaires", a-t-il expliqué. La nationalité des deux dernières victimes n'était en revanche pas connue mardi en début d'après-midi. L'avalanche a été repérée par le gardien du refuge des Écrins (3.170 mètres) qui a donné l'alerte. Il s'agit "très certainement d'une plaque à vent", a indiqué le lieutenant-colonel Christian Flagella, commandant du groupement de gendarmerie des Hautes-Alpes.

Les conditions sont hivernales en ce moment",



a-t-il précisé. Une plaque à vent est une épaisse couche de neige accumulée par le vent, qui rompt subitement, souvent en raison d'une surcharge de neige.

Il a pas mal neigé mais il faisait beau quand l'avalanche s'est déclenchée",



a ajouté le préfet.



Un itinéraire facile très fréquenté

Les alpinistes étaient répartis en deux cordées de trois et une cordée de deux personnes. Aussitôt alerté, le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Briançon a envoyé une quinzaine de secouristes sur place, parmi lesquels deux maîtres-chiens et deux médecins urgentistes. Un détachement des CRS de Briançon, spécialisés dans le secours en montagne, a également été dépêché sur place. Les opérations de secours étaient épaulées par trois hélicoptères. Dans un communiqué de presse, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a adressé "ses sincères condoléances aux familles des victimes", les assurant "de tout son soutien". 

L'avalanche s'est produite sur la voie normale du Dôme de neige des Ecrins, un itinéraire coté F (Facile) très fréquenté par les alpinistes amateurs car ne nécessitant pas de grandes compétences techniques. Ce sommet est communément considéré comme l'un des "4.000" les plus faciles des Alpes, sur les 82 sommets de cette altitude que compte le massif.

L'avalanche survenue mardi est la plus meurtrière de l'année. Le 1er avril, une avalanche avait coûté la vie à deux skieurs autrichiens de 22 et 23 ans et à un Italien de 24 ans au Col Émile Pic à Pelvoux (Hautes-Alpes). Un troisième Autrichien avait été grièvement blessé. Le 24 janvier, quatre hommes et deux femmes, tous Français et âgés de 58 à 73 ans, partis pour une randonnée à ski dans le Queyras (Hautes-Alpes),

avaient été victimes d'une importante coulée de neige. Leurs corps avaient été retrouvés dans le vallon de Bachas, à 2.500 mètres d'altitude.



Les corps des sept alpinistes de l'avalanche du Dôme des Ecrins seront rapatriés dans les heures qui viennent à la base du PGHM de Briançon où une chapelle ardente va être dressée. 



 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité