Covid 19 : une messe géante de Noël de 700 personnes organisée dans une patinoire à Gap

Quatre jours avant, les hockeyeurs des Rapaces de Gap ont joué au même endroit à huis-clos. Cet événement cultuel divise dans la capitale des Hautes-Alpes.

L'Alp Arena va accueillir une messe de Noël ce jeudi.
L'Alp Arena va accueillir une messe de Noël ce jeudi. © Lucie Robert / FTV

Une messe qui ne laisse personne de glace. Près de 700 fidèles sont attendus à 17h30, jeudi 24 décembre pour une messe de Noël à l'Alp Arena de Gap en pleine épidémie de Covid-19.

La patinoire de la ville et du club de hockey des Rapaces est aménagée en lieu de culte le temps d'un office. Mais cette messe, légale et organisée dans le respect des mesures sanitaires, divise dans la capitale haut-alpine.

"On respecte les règles imposées" 

Le diocèse de Gap a obtenu la semaine dernière l'autorisation de la mairie pour organiser cet événement. "On respecte les règles imposées en France pour les lieux de culte. On ne pouvait pas nous empêcher car nous respecterons scrupuleusement les mesures sanitaires", indique à France 3 le Père Mickaël Fontaine, curé de Gap.

Ce dernier va officier sur la patinoire de l'Alp Arena. La patinoire a été choisie car elle peut accueillir près de 700 personnes, contrairement à l'Eglise Saint-Roch de la ville. L'édifice habituel de la messe des familles à Noël ne peut cette année recevoir que 200 personnes. A Gap, les messes sont multipliées en cette veille de Noël. Mais pour assurer le flux de fidèles, la solution de l'Alp Arena était indispensable.

"Nous voulions éviter un afflux massif des familles à Saint-Roch et ne pas serrer nos fidèles dans nos églises. Ce lieu de repli est idéal et je pense que nous n'accueillerons pas 700 fidèles", explique le Père Fontaine.

Cette mise à disposition par la mairie a nécessité la modification de la classification de cet établissement recevant du public (de type X) pour le transformer temporairement en lieu de culte. La loi autorise cette modification temporaire de classification en la conditionnant d’un avis favorable de la commission de sécurité.

Une jauge fixée à 700 personnes maximum

A l'entrée de la patinoire, des tickets vont être distribués. Dès que la capacité maximale sera atteinte, plus personne ne pourra rentrer dans l'enceinte. Toutes les personnes présentes devront être masquées et du gel hydro-alcoolique sera distribué par la paroisse.

"Nous devons être hyper vigilant sur les mesures sanitaires. Il y aura deux places entre chaque personne par exemple."

Le Père Mickaël Fontaine, curé de Gap

Dans l'Alp Arena, hors période de Covid-19, près de 2 500 personnes, assises et debout, peuvent garnir les tribunes de la patinoire. Avec 700 personnes, le diocèse de Gap respecte les 30% de personnes admises dans un lieu de culte.

"Une initiative incompréhensible"

Du côté des Rapaces de Gap, cet événement cultuel passe mal. Le club de hockey joue depuis six mois à huis-clos, une situation préjudiciable pour son budget.

Dimanche, la formation de Ligue Magnus a affronté, sans spectateur, l'équipe de Nice. Et quatre jours plus tard, 700 personnes peuvent garnir l'Alp Arena. Illogique pour les responsables gapençais qui préfèrent ironiser sur les réseaux sociaux, en affirmant que "les prochains matchs des Rapaces se joueront à la cathédrale de Gap"

L'opposition municipale ne comprend pas non plus la décision de permettre un tel événement dans la ville et fustige l'attitude du maire.

"Le soutien du maire de Gap à cette initiative est incompréhensible et incohérent, compte tenu des mesures de fermeture des bars, restaurants, lieux culturels et sportifs ainsi que des restrictions pour les regroupements familiaux, assure-t-elle sur les réseaux sociaux. Cette décision ne peut être maintenue en l'état, face au risque sanitaire qui menace toujours notre territoire".

Nous sommes très étonnés de voir qu'une cérémonie de 700 personnes doit se dérouler demain à l'Alp'Arena. Si nous sommes...

Publiée par Gap Autrement sur Mercredi 23 décembre 2020

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société religion