Hautes-Alpes : la jeune femme retrouvée noyée dans la Durance très probablement identifiée

Il s'agirait d'une jeune femme de nationalité nigériane âgée de 20 ans. Des comparaisons génétiques avec sa soeur ont permis d'établir de façon quasi certaine son identité. 

Le corps sans vie de la jeune femme avait été retrouvé au barrage de Prelles le 9 mai dernier
Le corps sans vie de la jeune femme avait été retrouvé au barrage de Prelles le 9 mai dernier © Audrey Lungo / Maxppp
Son corps avait été retrouvé dans la Durance le mercredi 9 mai, sur la commune de Saint-Martin-de-Queyrières, dans les Hautes-Alpes. L'autopsie, réalisée à Grenoble, avait permis d'affirmer que la jeune femme était décédée par noyade.
Aujourd'hui, dans un communiqué, le procureur de la république de Gap annonce quil s'agit très certainement d'une femme de 20 ans, originaire du Nigéria. 
Une expertise génétique a été effectuée par comparaison du profil génétique de cette jeune femme décédée avec celui d'une femme de nationalité nigérienne, vivant en Italie, et qui s'était présentée auprès des enquêteurs le 15 mai 2018 comme étant possiblement sa sœur, qu'elle n'avait plus revue depuis environ 10 ans.
"Ce jour, cette expertise a conclu à une très forte probabilité qu'il s'agissait effectivement de sa sœur (2000 fois plus probable que par rapport à une personne qui ne serait pas sa sœur)" affirme le communiqué.
Il s'agirait donc de Blessing MATTHEW, autrement appelée Blessing OBIE. Son état civil précis n'est pas encore connu, mais elle serait née au Nigéria et serait âgée de 20 ans. 
Une information révélée par l'association "Tous Migrants" le 15 mai dernier.
Toujours selon le communiqué du Parquet de Gap, cette expertise génétique conforte plusieurs autres éléments d'identification recueillis par les enquêteurs ces derniers jours par le recueil de témoignages et la découverte le 7 mai 2018 par les gendarmes d'un sac contenant un certificat médical au nom de Blessing MATTHEW à proximité de la Durance sur la commune de VAL DES PRES.
Ces éléments d'identification ont été portés cet après midi à la connaissance de la famille par l'intermédiaire de sa sœur.
Les investigations, dont la direction a été confiée par le parquet de Gap à la section de recherche de la gendarmerie nationale de Marseille, se poursuivent pour compléter les éléments d'identité de cette jeune femme et tenter de connaître les circonstances précises de ce décès, toujours dans le cadre de l'enquête aux fins de « recherche des causes de la mort » prévue par l'article 74 du code de procédure pénale.



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers migrants société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter