Cet article date de plus de 9 ans

Tentative de règlement de comptes aux Micocouliers

Un tireur armé d'un pistolet 9mm a fait feu à sept reprises.
© Copyrights Google
Les faits : Un tireur armé d'un pistolet 9mm a fait feu à sept reprises sur la victime, dimanche vers 23H, aux Micocouliers, un quartier au nord de Marseille dans le 14ème arrondissement,  la touchant trois fois aux membres inférieurs.
 

Le tireur a pris la fuite à bord d'une voiture conduite par un complice.  e blessé a été transporté à l'hôpital Nord où son pronostic vital n'était
pas engagé.

Un quartier difficile :


  Deux jeunes gens issus de cette cité sensible ont été retrouvés carbonisés en décembre dernier lors d'un triple homicide dans la banlieue marseillaise.

 Un de leurs proches est soupçonné d'être le conducteur d'un véhicule dans lequel a été retrouvé un lot de dix kalachnikov dimanche dernier.


 Selon la source proche de l'enquête, le trafic de haschich et cocaïne génèrerait plusieurs milliers d'euros de bénéfice quotidiennement aux Micocouliers.

Retour sur l'enquête autour des 3 corps calcinés

Les trois corps retrouvés dans la nuit de dimanche 25 décembre 2011 peu avant minuit dans une voiture incendiée aux Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône), près de Marseille, ont été identifiés mardi 27 décembre. Les trois jeunes hommes décédés étaient âgés de "19-20 ans".

Deux d'entre eux, originaires de la même cité des quartiers Nord de Marseille, seraient connus des services de police pour trafic de drogue. Pas le troisième. Mais cela accrédite l'hypothèse d'un règlement de comptes.

Tués par balles

Les autopsies ont révélé qu'ils avaient été "tués par balles avant l'incendie lui-même", selon le vice-procureur d'Aix-en-Provence, Denis Vanbremeersch. Pour lui, l'affaire serait liée à la "criminalité organisée".

D'après une source proche de l'enquête, un de ces trois hommes avait fait l'objet récemment d'un contrôle de la brigade anti-criminalité (BAC), et portait alors un gilet pare-balles, preuve "qu'il se sentait menacé", a confié cette source à l'AFP, sans que ces éléments n'aient été confirmés par le parquet.

Les trois corps étaient placés à l'arrière du véhicule et un impact de balle a été retrouvé sur le côté droit de la voiture. L'enquête a été confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire (PJ) de Marseille. L'identité des victimes doit maintenant être confirmée par comparaison d'empreintes génétiques. 

D'autres faits au mode opératoire similaire

Le corps carbonisé d'un Marseillais de 27 ans avait été retrouvé dans une voiture en feu sur un parking de Septèmes-les-Vallons, à quelques kilomètres de la cité phocéenne. Cet homme, qui avait des antécédents judiciaires notamment en matière de trafic de stupéfiants, avait reçu une blessure par arme à feu à la tête.

La région a été le théâtre ces dernières années de plusieurs faits intervenus selon des méthodes a priori similaires. En septembre 2010, un homme de 27 ans connu pour trafic de stupéfiants avait été découvert dans une voiture en flammes à Marseille, après avoir reçu une décharge de gros calibre dans la tête. En septembre 2008, un jeune Marseillais avait reçu une balle en plein cœur avant d'être retrouvé dans un véhicule incendié à Vitrolles, un mode opératoire efficace pour éliminer traces et empreintes.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers règlements de comptes