Cet article date de plus de 5 ans

L’investisseur congolais soutien de Marion Maréchal-Le Pen travaillerait pour son père

La tête de liste frontiste aux régionales en Paca, Marion Maréchal-Le Pen, a mis en avant mercredi, lors du débat télévisé d'entre-deux tours, des partenaires potentiels à l'étranger dont l'un est un dirigeant de la société de son père Samuel Maréchal au Congo-Brazzaville.
Lors du débat organisé par France Bleu Provence, France 3 et Nice-Matin, face à Christian Estrosi (LR), son adversaire du second tour, la députée frontiste du Vaucluse s'est prévalue de ce soutien alors qu'elle était attaquée sur ses propositions de "patriotisme économique régional" et critiquée par des chefs d'entreprise de la région. 

"Je me félicite du communiqué de presse du Groupe Congo Capital Entreprises SA, en charge du programme de privatisation de 46 entreprises au Congo, dans lequel sa direction se déclare convaincue que la dynamique économique d'ouverture dans laquelle nous nous inscrivons permettra aux entreprises françaises de trouver de nouveaux débouchés", écrit également Marion Maréchal-Le Pen sur sa page Facebook.

"A tous ceux qui n'ont de cesse de promettre les pires conséquences économiques à une région dirigée demain par notre équipe, ce type d'initiative de grands groupes internationaux prouve que notre victoire sera une chance pour le développement économique, y compris international, de Provence-Alpes-Côte-d'Azur", assure-t-elle.

Révélation de Marsactu

Elle publie ainsi une lettre à en-tête du Groupe Congo Capital Entreprises SA, signée par son "vice-président" Innocent Dimi. Or, cet homme est également l'un des employés de l'entreprise de conseil "Maréchal et Associés Conseil" de Samuel Maréchal, père de Marion, relève Marsactu.
Sur le site internet de l'entreprise de Samuel Maréchal, Innocent Dimi figurait mercredi soir parmi les "directeurs" dans l'organigramme de la société.

"Joint par téléphone, Samuel Maréchal admet qu'Innocent Dimi est toujours son directeur Afrique. Il se refuse à faire tout autre commentaire", écrit Marsactu. Mercredi soir, lors d'un meeting devant ses militants à Marseille, Mme Maréchal-Le Pen s'est une deuxième fois félicitée du soutien reçu de la part de cette société "en charge de la plus ambitieuse opération de redéploiement d'actifs de l'Etat en direction du secteur privé au Congo".

Cette entreprise "a fait savoir officiellement aujourd'hui, par communiqué, que dès notre élection ils seraient prêts à nous recevoir pour faire profiter ces opportunités d'affaires réalisables en 2015 aux entrepreneurs de PACA", a-t-elle ajouté, sans expliquer à la tribune de quelle façon elle avait obtenu ce soutien.


Interrogé par l'AFP à l'issue du meeting, le conseiller communication de Marion Maréchal-Le Pen, Arnaud Stephan, a souligné que "le père de Marion travaille en Afrique depuis longtemps". "C'est vrai qu'il a des contacts là-bas avec des autorités, c'est vrai qu'il est très implanté dans ces pays-là", a-t-il déclaré.

Comme le projet d'un Puy du Fou Provençal avec Philippe de Villiers, idée lancée par la candidate d'extrême-droite, ce sont "des synergies qui se font aussi sur la confiance et sur des personnes qu'on connaît et qu'on estime", a-t-il ajouté.

Lors du débat télévisé, Mme Maréchal-Le Pen a également mis en avant le soutien de Roberto Maroni, gouverneur de la Ligue du Nord de Lombardie (Italie du Nord). 
M. Maroni qui a posté un message de soutien sur Facebook, est l'une des figures du parti populiste italien d'extrême droite.
- Avec AFP-
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rassemblement national politique élections régionales 2021 élections