Monaco : 32 500 allumettes et 200 tubes de colle pour cette maquette du Palais princier

Comment occuper son temps pendant le confinement, quand on a habité pendant plus de 20 ans à Monaco, devant le Palais princier ? Un retraité, Gérard Guttin, a profité de cette période pour terminer un projet vieux de 4 ans : la construction de l'édifice en allumettes.
Gérard Guttin et sa réplique en allumettes du Palais princier.
Gérard Guttin et sa réplique en allumettes du Palais princier. © Emma Arnau FTV
Patience, minutie et dextérité. Voilà les maîtres-mots de Gérard Guttin. Ce Français résident monégasque a toujours vécu en principauté.
Enfant, il vivait dans une caserne en face du Palais princier, car son père était carabinier.
La vue était celle-ci :22 ans à contempler la façade tous les matins, au point de la connaître par coeur.
 

La façade du palais, j'aurais pu la faire sans modèle, les yeux fermés...

Gérard Guttin

Puis, toujours à Monaco, il a travaillé à la sécurité sociale. Aujourd'hui, Gérard Guttin a du temps pour lui, la retraite venue, et une passion : les maquettes.
Gérard Guttin devant la réplique en allumettes du Palais princier.
Gérard Guttin devant la réplique en allumettes du Palais princier. © J.GUTTIN

Il a donc décidé de construire ce qu'il connaissait bien, le palais, lieu de résidence du souverain Albert II.
Pour l'envers du décor, c'est-à-dire ce qu'il y a "derrière la façade", il a fait appel à des carabiniers.
Ces derniers lui ont fourni suffisamment d'indications pour établir les plans de l'intérieur.
 
La façade du Palais princier.
La façade du Palais princier. © EMMA ARNAU / FTV
Désormais, Gérard ne vit plus sur le Rocher mais de l'autre côté de la Principauté. C'est là que pendant quatre ans, il a construit le palais sur un socle en bois, facilement transportable. Chaque allumette est séparée de sa partie inflammable avec un coup de cutter.
Tout est ensuite une question d'ajustement. Un jeu de construction avec des tubes et des tubes de colle, au-moins 200 !
 
Des allumettes, de la colle et la patience, beaucoup de patience !
Des allumettes, de la colle et la patience, beaucoup de patience ! © EMMA ARNAU / FTV
 

Je comptabilise cette construction sur 4 ans au total par intermittence, avec une grosse partie du travail effectuée pendant la période de confinement.
Pendant 90 jours, je passais 7 heures dessus, il y a eu une avancée incroyable !

Gérard Guttin

Le Palais est désormais terminé.
Le Palais est désormais terminé. © EMMA ARNAU /FTV

Il aura fallu 32 500 allumettes pour construire ce bâtiment emblème de Monaco.
 

J'ai effectué cette maquette avec sérénité. Cela m'a fait re-voyager sur une partie de ma jeunesse. Et vous réalisez que vous y tenez ! Cette maquette restera à jamais dans mon coeur !

Gérard Guttin

Après les photos pour la presse, la maquette a été déplacée dans la grande entrée de chez lui, sur des tréteaux.
Les carabiniers sont postés à l'entrée du Palais.
Les carabiniers sont postés à l'entrée du Palais. © EMMA ARNAU / FTV

Pour la maîtresse de maison, Jocelyne Guttin, la maquette d'un mètre sur un mètre, ne passera peut-être pas la porte d'entrée. Elle a vécu cette aventure avec bienveillance.

Franchement, ça lui plaît ! C'est énorme, au milieu de l'entrée, il aimerait bien que la maquette reste à Monaco, qu'elle soit exposée, ou mise en vente pour des oeuvres monégasques.

Jocelyne Guttin

Nul doute qu'il sera entendu. Gérard est sollicité par les médias :
 
Il n'a pas encore décidé quelle serait sa prochaine maquette, et compte profiter en famille de promenades et de moments paisibles, quand cette période de crise du Covid sera terminée.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
monaco international insolite albert ii de monaco confinement santé société covid-19