Monaco : une exceptionnelle montre sous-marine du GIGN mise aux enchères

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emma Arnau

Jusqu'au 19 janvier, l’hôtel Hermitage à Monaco accueille une vente aux enchères de produits de prestige. Joaillerie, horlogerie de collection, sacs à main de créateurs ont été sélectionnés par des experts. Parmi les lots, une montre rarissime, spécialement créée pour l'élite du GIGN (à l'occasion des 40 ans du corps d'élite de la gendarmerie).

Les enchères reprennent ! Pour ce début d’année, Monaco accueille une nouvelle vente de prestige. 800 objets sont proposés dont 500 bijoux, 74 sacs Hermès et 200 montres.

Parmi ces objets de luxe aux prix parfois vertigineux, un lot sort du lot. Une montre sous-marine du GIGN (Groupement d’Intervention de la Gendarmerie Nationale). Un petit événement dans le monde des enchères d’après Justine Lamarre, spécialiste en horlogerie chez Artcurial. 

« C’est très rare et très prisé des collectionneurs. Ce sont des pièces qui sont d’ailleurs difficiles à estimer."

Sur le catalogue, nous avons mis une fourchette large entre 40.000 et 80.000 euros. Mais c’est le genre de pièce sur lequel on peut s’attendre à avoir une très bonne surprise !

Justine Lamarre, spécialiste en horlogerie chez Artcurial

La Rolex fait partie d’une production de 120 exemplaires entre 2013 et 2014, spécialement livrée pour le GIGN. Une montre professionnelle, réservée à l’élite du GIGN pour célébrer les 40 ans du groupe de la gendarmerie.

« Ce sont des montres particulièrement rares, car en général elle sont confiées à une personne qui s’engage à ne pas la mettre sur le marché. Ce type de montre-là, il faut vraiment avoir fait partie du GIGN pour en faire l’acquisition. D’ailleurs, souvent, le nom de code du gendarme est inscrit à l’arrière. »

C’est la dernière série de montres militaires produites par Rolex. Des pièces produites au compte-goutte qui apparaissent très rarement sur le marché.

L’an dernier, une montre Oméga, prévue pour une autre unité d’élite, avait été mise aux enchères.

« Le patron du Raid a souhaité vendre sa montre, issue d’une série spéciale imaginée en 2018 pour cette unité d’élite de la police. Elle était gravée du numéro 1, et la vente s’était faite au bénéfice d’une association : les orphelins de la police. Nous l’avions estimée à 10.000 euros, elle a été vendue à 70.000 euros ».

Suspense donc pour savoir à combien sera adjugée celle du GIGN.