Le créateur de mode Pierre Cardin est mort, il laisse derrière lui un empire fait de châteaux et de produits dérivés

Couturier avant-gardiste, et précurseur de la mondialisation, Pierre Cardin est décédé à l'âge de 98 ans. Ce grand acteur de la mode s'était lancé à outrance dans les accords de licences. En Provence, il avait racheté de nombreuses maisons et le château de Lacoste.

Pierre Cardin à Théoule-sur-Mer dans les Alpes-Maritimes, avant un défilé, en 2008.
Pierre Cardin à Théoule-sur-Mer dans les Alpes-Maritimes, avant un défilé, en 2008. © AFP/VALERY HACHE

Le couturier et homme d'affaires Pierre Cardin est décédé à l'âge de 98 ans. Il laisse derrière lui un empire qu'il évaluait lui même à "un milliard".

Avant-gardiste et moderniste, l'homme s'était fait un nom par ses talents de grand couturier, en créant sa ligne. Mais il avait développé en parallèle les produits dérivés.

« C’est très difficile d’avoir un nom dans la mode, alors quand on en a un, il faut en profiter », résumait-il en mai 2019 dans un entretien à l’AFP.

Pierre Cardin a été l'un des premiers dans la mode, dès les années 1960, à se lancer sur le créneau des licences, soit le droit donné par une marque à un fabricant ou un distributeur d’apposer son nom sur un produit en échange de « royalties ».

L'homme d'affaires commence par les cravates et va bâtir un empire au fil des ans, qui décline son nom à l’infini : chemises, draps, eau minérale, nécessaire à couture, lieux culturels, design en passant par les dérivés du restaurant Maxim’s dont il était le propriétaire.

Sa mainmise sur le village de Lacoste

Pierre Cardin était académicien, et avait une aura de mécène. L'Institut de France le sollicite au début des années 90 pour se rendre à Lacoste, petite commune du Luberon. Le château a été légué à l'Institut par sa propriétaire.

"Mais l'Institut de France n'était guère intéressé. Le château s'écroulait, et nous étions inquiets", raconte Mathias Hauptmann, l'actuel maire de Lacoste.

"Mandaté par l'Institut, Pierre Cardin a racheté le château. Il l'a sauvé. La condition était que le château revienne à l'Institut de France à son décès".

Pierre Cardin dans son château de Lacoste en 2014.
Pierre Cardin dans son château de Lacoste en 2014. © AFP/ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Dans les mêmes années, l'homme de culture lance également le festival de Lacoste dans les carrières attenantes, appartenant à d'anciennes exploitations de pierres.

"Il y a eu du beau monde qui a défilé", poursuit le maire. "Le festival proposait musque, théâtre, comédies musicales... Nous avons fêté ses 20 ans l'an dernier".

Mais Pierre Cardin n'est pas salué par tous à Lacoste. Au fil du temps, l'homme d'affaires achète les maisons les unes après les autres. Jusqu'à détenir "le tiers des bâtiments" du village selon certains.

L'histoire est racontée dans un documentaire sorti en septembre 2020 sous le titre de "Cyril contre Goliath", réalisé par Thomas Bornot avec Cyril Montana, Grégoire Montana.

Le film fait état notamment de l'association créée pour lutter contre les achats compulsifs de l'homme d'affaires. L'un des protagonistes confie en 2019 à France Bleu :  "Ce qu'on lui reproche, ce n'est pas d'avoir acheté, c'est d'avoir fait l'abus. En vingt ans, il a rouvert un bar et une boulangerie..."  même constat pour Frédéric : "Ce n'est pas l'homme en lui-même qu'on dénonce, c'est le système qu'il représente."

Le Palais Bulles : sa résidence préférée

En 1992, le couturier a un coup de cœur pour ce palais hors normes, tout en rondeur, construit par l'architecte hongrois Antti Lovag dans les années 1970 à Théoule-sur-Mer dans les Alpes-Maritimes. Il le rachète.

L'architecture lui a rappelé l'une de ses créations iconiques des années 1950 : la robe bulle. 

J'ai fait ces robes bulles, qui étaient pastel, toutes gonflantes, avec une matière intérieure très légère qui remplissait cette bulle, c'était poétique, des robes pas d'une solidité énorme, mais des robes de rêve, qu'on aurait pu ne porter qu'une seule fois.

Pierre Cardin chez France inter en 1992

L'endroit, avec ving suites de tailles différentes, est alors rapidemment devenu sa résidence d'été préférée qu'il s'est amusé à décorer et à remodeler en y ajoutant un amphithéâtre sur la terrasse par exemple. Face à la mer, la demeure est désormais un haut-lieu artistique.

Pierre Cardin a annoncé, des années plus tard en 2016, la mise en vente de ce palais à un prix de 350 millions d'euros qui créa le buzz. Mais aujourd'hui encore, la propriété n'est toujours pas vendue.

Ses plus proches amis ont affirmé dans plusieurs médias qu'il n'a jamais vraiment eu l'intention de le vendre, qu'il ne pouvait pas s'en séparer.

Ce palais l'a énormément inspiré comme il inspire encore des artistes de la région ; le rappeur marseillais SCH y a tourné un clip l'année dernière.

Pierre Cardin a rénové la haute couture française d’après-guerre et a semé son patrimoine dans le Sud. Il était un homme de son temps avec un esprit futuriste. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mode culture décès faits divers