PrioriTerre. Traitement social de la réhabilitation du quartier Noailles à Marseille

Depuis 4 ans, des milliers de personnes évacuées attendent l'arrivée des subventions pour réaliser des travaux dans les immeubles, pendant que les mafias se structurent et que les immeubles sont cambriolés. En même temps certains redoutent la spéculation immobilière qui pourrait changer la sociologie du quartier.

4 ans après les effondrements du 5 novembre, les évacuations d'immeubles   pour arrété de péril se poursuivent tandis que l'on voit peu d'immeubles restaurés. Pourquoi les dossiers de subventions mettent autant de temps à aboutir ? Pourquoi 4 ans plus tard continue-t-on à évacuer du monde ? Quelle politique de traitement social a été adopté par la nouvelle municipalité arrivée en 2020? 

Les associations citoyennes proposent un contrôle technique des batiments comme pour les automobiles. Les habitants craignent un gentrification du quartier alors que l'insécurité gagne du terrain avec de multiples cambriolages des immeubles en arrété de péril. 

La volonté des habitants de rester sur place et de garder le coté populaire du quartier pourrait persister par la création de logement sociaux créés dans les immeubles rachetés par la puissance publique. 

Une société publique locale d'aménagement d'intêret national (SPLAIN) est en cours de constitution. C'est elle à terme qui devrait piloter la politique d'aménagement du centre ancien de Marseille. 

#PrioriTerre
Le magazine du développement durable en PACA depuis 2007 ! Un rendez-vous incontournable pour tout savoir sur les initiatives, les évolutions et les acteurs du monde de la transition écologique.

REVOIR TOUTES LES EMISSIONS PRIORITERRE

L'actualité "Vos rendez-vous" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Vos rendez-vous" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité