Tempête Alex, ces dons qui ne trouvent pas preneurs à Breil-sur-Roya

Les dons ont afflué pour aider les sinistrés après les terribles inondations du 2 octobre dernier dans les Alpes-Maritimes. Deux mois plus tard, à Breil-sur-Roya, les hangars débordent et il n'y a plus preneur.
 Pôle logistique de réceptions des dons pour la vallée de la Roya à la drop-zone à la gare de Breil-sur-Roya, le 18 novembre 2020 à Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes)
Pôle logistique de réceptions des dons pour la vallée de la Roya à la drop-zone à la gare de Breil-sur-Roya, le 18 novembre 2020 à Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes) © Jean-François Ottonello / MAXPPP
Des personnes disparues, des dizaines de maisons emportées, plus d'une trentaine de routes coupées, des foyers sans eau, sans électricité, ni moyen de communication, le 3 octobre dernier, au lendemain de la tempête Alex, les Alpes-Maritimes sont dévastées avec un bilan humain et matériel extrêmement lourd. Dans les vallées, l'événement météorologique historique a presque tout emporté sur son passage. La solidarité s'organise pour venir en aide aux sinistrés et les dons affluent.

Trois espaces de stockage


À Breil-sur-Roya, il y a depuis trois lieux de stockage. Le premier, c'est la Drop Zone, zone de dépôt en français. Là sont rassemblés des denrées alimentaires et les produits d'hygiène. Les vêtements, c'est un peu plus loin, dans un hangar de la gare SNCF. Le gymnase réunit les appareils d'électroménager, mais aussi des vêtements et des produits alimentaires. 
A Breil-sur-Roya, ce hangar s'appelle la DZ ( Drop zone en anglais).
A Breil-sur-Roya, ce hangar s'appelle la DZ ( Drop zone en anglais). © Myriam Di-Pasquale

Que faire des dons qui n'ont pas trouvé preneurs ?

Pour Djannina Chanut, bénévole à Breil-sur-Roya avec la Mission Trekkeurs, il reste au moins dix palettes de vêtements, et peu de sinistrés sont venus sur place. Beaucoup ont perdu leur véhicule, il y a aussi les personnes âgées qui ne se déplacent pas, bref, elle préconise de taper aux portes. Pour cela, il faut mobiliser un groupe de personnes dédiées.  

Ces derniers jours, une rumeur s'est répandue sur les réseaux sociaux : les dons, essentiellement les vêtements, pourraient être vendus.
Capture d'un Post Facebook sur une vente supposée des dons de la vallée de La Roya
Capture d'un Post Facebook sur une vente supposée des dons de la vallée de La Roya © Capture Facebook
Les réactions ont été vives et nombreuses sur les réseaux sociaux.  
 

Une grande brocante gratuite, solidaire et exclusivement réservée aux habitants de la Roya


Le maire Breil-sur-Roya confirme qu'une brocante solidaire va bien être organisée par la CARF, la Communauté d'agglomération de la Riviera française, qui gère ce stock de dons pour l'ensemble des communes de la vallée. Sébastien Olharan précise que le nombre colossal de dons récoltés sur les 3 sites de la commune ne sont pas propriété de la commune, ni de ses habitants et qu'ils sont bien destinés à couvrir les besoins de tous les sinistrés de la Roya. 

Nous avons chargé énormément de dons, de toutes sortes, sur des palettes et les avons acheminés par hélicoptère, par voie ferrée et plus récemment par les routes vers les communes de la vallée. Aujourd'hui, nous avons besoin de vider le gymnase, il le sera d'ici le 15 décembre pour le remettre à disposition de nos jeunes. Ce dont nous avons besoin maintenant, c'est un retour à la normale. 

Sébastien Olharan, maire de Breil-sur-Roya


La brocante sera organisée jeudi, vendredi et dimanche prochain précise François Lefebvre, directeur général adjoint des services de la CARF. Elle aura lieu au gymnase de Breil-sur-Roya et à l'entrée, il précise qu' justificatif de domiciliation dans une des 5 communes de la Communauté d'agglomération sera exigé.
 

Nous avons souhaité que l'ensemble de ces dons non alimentaires que nous avons centralisés devaient revenir aux sinistrés puisqu'ils ont été fait pour eux. Nous avons donc décidé d'organiser une grande brocante gratuite où chacun des habitants de la vallée sera libre de venir se servir. Il y aura également la possibilité pour ceux qui le souhaite de faire des dons en argent pour les habitants des vallées. Et à l'issue de cette opération, nous ferons dons à d'autres associations des objets et vêtement non vendus. irecteur général adjoint des services de la CARF explique ce choix.

François Lefebvre, directeur général adjoint des services de la CARF 
 

« Patrick, tu n’aurais pas des croquettes pour chat? »

Dans les heures qui ont suivi le passage de la tempête, les secours se sont organisés, l'aide aux victimes également. Parmi les associations qui sont intervenues, ULIS, Unité Légère d’Intervention, fondée il y a 20 ans, elle se consacre à la recherche de victimes après les séismes et les catastrophes, mais aussi à l’aide matérielle et logistique. ULIS est une équipe de 6 personnes menées par Patrick Villardry, sapeur-pompier, maître-chien reconnu, et secouriste diplômé. Depuis de nombreuses années, il intervient bénévolement sur de nombreuses catastrophes, comme au Pakistan après le séisme en 2005.

Dès le 3 octobre, Patrick Villardry s'est mis à disposition des secours. Mais personne ne l'a appelé. Alors, il a fait ce qu'il sait faire de mieux : s'organiser et aider. Son association basée à Saint-Laurent-du-Var est connue et reconnnue depuis de nombreuses années. Ceux qui veulent faire des dons sont nombreux à appeler . Ceux qui ont des besoins aussi. Depuis 2 mois, c'est donc "de la main à la main" qu'il coordonne avec son association, la réception des dons et leur distribution.

Ce sont près de 30 tonnes de denrées alimentaires, et plusieurs tonnes de nourriture pour les animaux qui vont déjà été acheminés. Hier encore, Patrick Villardry a apporté 30 kg de nourriture pour une trentaine de chats à Saint-Martin-Vésubie. Une habitante lui avait lancé un appel, car de nombreux chats perdus depuis la tempête viennent chercher à s'alimenter dans la gamelle de ses chats.
 
Patrick Villardy de l'association ULIS apporte de la nourriture pour les nombreux chats perdus depuis la tempête qui viennent chez cette habitante de Saint-Martin-Vésubie
Patrick Villardy de l'association ULIS apporte de la nourriture pour les nombreux chats perdus depuis la tempête qui viennent chez cette habitante de Saint-Martin-Vésubie © ULIS

Et comme à chaque fois, il publie une photo sur les réseaux sociaux. "Je mets toujours des photos lorsque je fais des distributions de dons", " je crois que c'est très important pour que les donateurs aient confiance", "Ce sont des personnes qui ne peuvent pas aller sur place pour aider, il faut leur donner un retour". 
 

🚒 Mardi 2 Décembre – Donation et transport de meubles pour les sinistrés à Breil sur Roya. Suite à une demande de la...

Publiée par Unite Legere d Interventions et de Secours U.L.I.S sur Mercredi 2 décembre 2020
Mais c'est loin d'être simple, comme cette fois où l'association a reçu 2 tonnes de farine, et qu'aucune commune n'a voulu les récupérer. Elle a dû chercher par elle-même des boulangers. Elle a choisi ceux qui fabriquaient gratuitement du pain, et des viennoiseries pour la population et le personnel de secours. Pour cet habitué de la gestion de crise après les catastrophes naturelles, le problème principal n'est pas la solidarité, mais son organisation.

"Il aurait fallu tout centraliser pour tout coordonner, les efforts de chacun et les aides humaines et matériels"

L'inquiétude autour des dons non distribués et des besoins des habitants de La Roya est probablement née de cette difficulté à mettre en adéquation ces deux flux. Les communes qui disposent de peu de moyens propres, ont été livrées à elle-même. Demain, ULIS recevra 2 véhicules remplis de jouets pour les enfants de la vallée de La Roya. D'où viennent-ils ? Du Gers ! Ces cadeaux ont été récoltés par des agents d'EDF. Ces derniers étaient venus en renfort sur les chantiers après les inondations. De retour chez eux, ils ont voulu faire un geste. Mais toujours le même problème : personne n'a accepté de réceptionner les jouets et de mettre en place la distribution. Alors Patrick Villardry a déjà pris son téléphone.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vallée de la roya nature parcs et régions naturelles solidarité société intempéries météo