• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Une course-poursuite, deux blessés et des coups de feu à Draguignan

Le centre ville de Draguignan (Var) a été le théâtre d'une course-poursuite mardi soir entre les forces de l'ordre et un couple. / © France Télévisions
Le centre ville de Draguignan (Var) a été le théâtre d'une course-poursuite mardi soir entre les forces de l'ordre et un couple. / © France Télévisions

Vers 20h30, mardi soir, la gérante d'une supérette signale le comportement violent d'un homme et d'une femme. La police intervient. Les deux individus prennent alors la fuite en voiture en tentant de renverser un fonctionnaire de police. Les deux personnes sont blessées. L'IGPN a été saisie.

Par Aline Métais, avec AFP.

Des coups de feu, une course-poursuite, deux blessés... et une enquête de l'IGPN. C'est le bilan de la soirée de mardi soir à Draguignan (Var). A l'origine des faits, une altercation éclate vers 20h30 entre deux clients, un homme et d'une femme, qui importunent la commerçante de la supérette 'La Petite Epicerie'. Un comportement violent signalé à la police.
 

Forcer le passage


Des agents de police qui patrouillent à proximité, interviennent rapidement. La gérante du commerce leur indique le véhicule conduit par un homme. Mais la situation dégénère. A cet instant, le conducteur effectue une marche arrière à vive allure, heurtant un véhicule 4X4 circulant sur le boulevard. Les policiers, au vu du comportement dangereux de l'automobiliste, lui demandent de ne plus bouger tout en sortant leur arme de service.

Ouverture du feu

 

Ce qui a contraint le chef d'équipage et l'adjoint de sécurité à l'ouverture du feu. Pierre Arpaia, le procureur adjoint de Draguignan explique qu'ils n'ont pas obtempéré", malgré "deux sommations", et auraient effectué "des manoeuvres en avant et en arrière pour tenter de percuter les fonctionnaires de police". Les fonctionnaires réussissent à ne pas se faire renverser. S'ensuit alors une course-poursuite dans les rues de Draguignan. 

A cinq reprises


Au total, les policiers ont tiré à cinq reprises dans le pare-brises de la voiture des fuyards, a déclaré le procureur adjoint. Une balle a touché à l'épaule le conducteur, âgé de 50 ans qui circulait sans permis et "très défavorablement connu, pour des faits criminels extrêmement graves", et à la mâchoire la passagère âgée de 48 ans. Ils ont été hospitalisés mais leurs jours ne sont pas en danger, a-t-il précisé. Les fuyards blessés ont malgré tout réussi à s'échapper.

"Véritable rodéo"


Une course-poursuite s'engage alors dans les rues de Draguignan, ava,t d'être stoppé par un autre véhicule de police, à l'entrée de la ville, trois kilomètres plus loin, devant Mac Donald's. Le fast food est très fréquenté à cette heure-là par les familles. Le maire, Richard Strambio, présent sur les lieux hier soir parle d'"un véritable rodéo". Pour l'élu :

Ils ont parfaitement réagi. Ils ont vu que ce véhicule pouvait percuter les passants. 


Au moment de leur interpellation, les policiers constatent que les deux fuyards sont blessés par balle. Les secours interviennent rapidement. La passagère a été transportée par hélicoptère à Sainte-Anne à Toulon. Le conducteur a été pris en charge à l'hôpital de Draguignan. Choqué, le maire dénonce "un comportement criminel" et fait le parallèle avec la mort du maire de Signes :  

Ils ont foncé sur ceux qui nous protègent ! Nos agents subissent l'agressivité de nos concitoyens tous les jours et ça je ne peux plus le supporter ! 
 


Enquête de l'IGPN


Le calme est revenu assez vite après les constatations d'usage dans la principale artère de Draguignan. Les enquêteurs attendent maintenant les résultats des analyses toxicologiques et le taux d'alcoolémie. Selon une source policière, les deux fuyards étaient ivres lors des faits. Le parquet de Draguignan a ouvert deux enquête. L'une, confiée à la police de Fréjus pour "violence avec arme par destination", qui pourrait s'étendre à la "tentative d'homicide" contre les policiers. L'autre enquête est confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), pour déterminer la légalité des conditions d'intervention des policiers.
 

Sur le même sujet

Leonardo Jardim, entraîneur de l'AS Monaco, lors de la conférence de presse du 7 août 2019

Les + Lus