• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Draguignan : une amende et 200 oiseaux confisqués dans le cadre d'un trafic de chardonnerets

Un chardonneret en cage saisi par l'Office National de la Chasse en 2018 à Carros dans une autre affaire. (Archive) / © VALERY HACHE / AFP
Un chardonneret en cage saisi par l'Office National de la Chasse en 2018 à Carros dans une autre affaire. (Archive) / © VALERY HACHE / AFP

Un éleveur d'oiseaux à Régusse, près des gorges du Verdon, a été condamné mercredi à Draguignan (Var) à 3.000 euros d'amende et la confiscation de près de 200 spécimens pour trafic d'espèce protégée, notamment des chardonnerets dont le nombre de spécimens en France est en diminution.

Par AFP édité par L.V.

Installé dans le village de Régusse, près des gorges du Verdon, ce quinquagénaire d'origine belge était aussi poursuivi pour braconnage ou capture non autorisée d'espèce animale non domestique: enquêteurs et gendarmes avaient découvert chez lui en 2016 des pièges sophistiqués.
    

"Il a été condamné pour toutes les infractions pour lesquelles il était poursuivi", a indiqué une source judiciaire à l'AFP, à l'issue de l'audience devant le tribunal correctionnel de Draguignan.

    
Une amende de 15.000 euros avait été requise à son encontre ainsi que la confiscation des oiseaux saisis et la saisie de 13.000 euros sur une importante somme de 98.000 euros en liquide retrouvée chez lui, mais le tribunal lui a restitué la totalité de ce montant car il n'avait pas donné lieu à un redressement fiscal, selon la même source.
    
Entre 2016 et 2019, le contrevenant avait engagé de multiples démarches pour régulariser son élevage.
 

Un oiseau rare et cher


L'Office national de la chasse était remonté jusqu'à lui après un contrôle chez un particulier, verbalisé pour la détention non autorisée d'oiseaux aperçus sur son balcon à Draguignan. Un rapide tour de la maison puis des comptes bancaire du trafiquant présumé avait convaincu les enquêteurs d'avoir affaire à un "gros trafic".
    
Le chardonneret, porte-bonheur en Afrique du Nord et prisé dans le nord de la France où il a longtemps servi dans les mines à protéger des coups de grisou, a un plumage multicolore et un très beau chant, encore plus mélodieux s'il est croisé avec un canari. Il peut alors coûter jusqu'à 3.000 euros.

Un exemple du chant d'un chardonneret en liberté :
 
    
Dans une longue plaidoirie, un avocat de la Ligue de protection des oiseaux, partie civile au procès, a souligné les dommages subis par le chardonneret, espèce dont le nombre de spécimens a baissé de 50% en dix ans en France.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Aix-en-Provence : l'association "une image pour tous"

Les + Lus