• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Draguignan : la prison va acheter une console PS4 pour les détenus, les gardiens réagissent

Prison de Draguignan / © France 3 Côte d'Azur/F.Mallory
Prison de Draguignan / © France 3 Côte d'Azur/F.Mallory

La direction de la maison d'arrêt de Draguignan dans le Var nous a confirmé l’achat d'une console de jeux PS4  afin de créer une nouvelle activité au sein de la prison, l’activité « jeux vidéo ». Les syndicats sont en colère contre cette décision.

Par @annelehars

Lla direction de la maison d’arrêt de Draguignan nous a confirmé vouloir acheter une console de jeux PS4 afin de créer une nouvelle activité au sein de la prison, l’activité « jeux vidéo ». Selon la directrice Claire Doucet "cela n'a rien de nouveau. Il faut en effet savoir que dans tous les établissements français, les détenus peuvent détenir ce type d'objet. Une note officielle encadre cette activité et nous veuillons toujours à ce que les connections internet soient obturées."

Les surveillants sont en colère suite à cette annonce.
Ils dénoncent d'abord le coût des ces appareils et redisent que"alors même qu’ils avaient du mal à obtenir des fontaines à eau pendant la canicule de l’été dernier, l’établissement semble dépenser sans compter pour la population pénale mais aurait du mal à investir pour le confort de ses surveillants." Ils craignent aussi que cette PS4 connectée à internet permette des communications vers l'extérieur de l'établissement. 

La direction redit que les PS4 en prison "c'est une vieille histoire et une activité en circuit web fermé."


Les syndicats en particulier Force Ouvrière s'opposent à cet achat. Dans un communiqué et par téléphone, Philippe Abime le porte-parole du syndicat nous rappelle que cet appareil "est très onéreux et fragile. Il coûte entre 300€ et 400 € , 1 seul jeux coûte 70€ et une simple manette coûtera 50€ l’unité. L’installation d’un billard était déjà absurde et cher. Je vous laisse constater par vous-même l’état de celui-ci et qui aura coûté son pesant d’or." Cet appareil sera financé par l'association des détenus et non par l'établissement lui même.

Les surveillants demandent l’annulation de cette activité.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les évacués de la rue d'Aubagne

Les + Lus