Avec l'épidémie de Covid, trouver un CDI devient très compliqué, déplore Laure, en recherche d'emploi à Draguignan

1069 euros par mois : c'est le seuil de pauvreté en France selon l'INSEE dans sa dernière enquête. 9,3 millions de personnes vivent sous ce seuil de pauvreté dans le pays et l'épidémie de Covid n'a rien arrangé.
 

Laure Collin postule à de nombreux emplois mais la réponse est négative
Laure Collin postule à de nombreux emplois mais la réponse est négative © A.DEQUIDT / FTV
Pas facile de trouver un travail en cette période d'épidémie de Covid. D'abord, il y a eu le confinement, puis la logique crise économique qui en résulte. La tempête Alex a par ailleurs ce 2 octobre dernier ruiné les vallées. Bref, sur la Côte d'Azur, dénicher un emploi n'est pas chose aisée. Laure Collin en sait quelque chose.
A Draguignan, cette secrétaire bilingue est sans emploi depuis deux ans. A chaque candidature, la réponse est la même.
 
A chaque candidature, les réponses sont identiques, c'est un non.
A chaque candidature, les réponses sont identiques, c'est un non. © A.DEQUIDT

C'est donc à l'épicerie du coeur que cette mère célibataire va faire ses courses. On y trouve des denrées, des produits d'hygiène à bas prix.
 

Là, je prends des variétés anciennes de tomates à un euro le kilo, c'est 4 fois moins cher que dans un supermarché...

Laure Collin, secrétaire bilingue en recherche d'emploi


Ete elle n'est pas la seule.
 
En France, le seuil de pauvreté est fixé à 1069 euros par mois.
En France, le seuil de pauvreté est fixé à 1069 euros par mois. © ALEXANDRE DEQUIDT / FTV

Personnes âgés, étudiants qui ne trouvent plus de petits boulots, personnes sans emploi, familles, l'épicerie associative solidaire est dévalisée. 
 
Depuis l'épidémie de coronavirus, la commune de Draguignan a décidé le financement de 100 paniers de 50 euros chacun et ils sont distribués par deux associations caritatives car nombreux sont ceux qui ne font pas un repas complet chaque jour.
De son côté, Laure reste confiante, espérant avoir des réponses positives, enfin,  à ces nombreuses demandes d'embauche.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société emploi économie