Epinglé par Anticor, Richard Strambio, maire de Draguignan réagit

Le maire de Draguignan conteste formellement le rapport d'Anticor. / © FTV
Le maire de Draguignan conteste formellement le rapport d'Anticor. / © FTV

L'association Anticor, qui milite contre la corruption et pour l'éthique en politique, avait fait signer en 2014 une charte aux candidats aux élections municipales. Aujourd'hui, elle distribue les bons et mauvais points. Pour Draguignan, c'est du rouge, ce que conteste le maire de la commune.

Par Catherine Lioult

ANTICOR vous connaissez ?  Il s'agit d'une association créée en juin 2002 par Éric Halphen et Séverine Tessier.
Un objectif :  lutter contre la corruption, rétablir la transparence et l’éthique en politique et par là même, réhabiliter le rapport de confiance entre les citoyens et leurs élus.
 

Une charte et 10 engagements


En 2014, 40 communes ont signé une charte avec 10 engagements ( non cumul des mandats, bonnes pratiques de gestion, transparence, reconnaissance de l’opposition par sa représentation, participation citoyenne, publicité des informations, traitement des atteintes à la probité, prévention du trafic d’influence, choix des organismes financiers transparent). Aujourd'hui, l'association distribue points et mauvais points.
 

Du rouge pour Draguignan

Comme 15 autres communes, La commune varoise de Draguignan est pointée du doigt.
Dans un rapport consultable sur son site, Anticor indique que
 

Le maire, Richard Stambio, n’a pas répondu à la demande de suivi de ses engagements. La commission éthique n’a pas été mise en place. Le rôle de l’opposition dans les délibérations reste flou ; la gestion du budget ainsi que les indemnités des élus ne sont pas rendues publiques.


L'association conclut qu'il n'y a donc pas d'éléments prouvant un réel engagement pour la transparence et l’éthique, ce que conteste le premier magistrat de la ville.
 

La politique de la chaise vide pour le maire


En déplacement à Paris au congrès des maires, Richard Stambio a repris point par point les conclusions d'Anticor. Interrogé par une équipe de France 3, il rappelle que l'opposition est particulière, et il revient sur l'absence d'interlocuteur.
 


Les deux têtes de liste qui ont été élus ne siègent pas... Je sais que l'association Anticor dit que je n'ai pas donné la présidence des finances. Comment quelqu'un qui ne siège pas peut accepter la commission des finances 

explique t-il à nos confrères parisiens. Et il reprend
 

Il faut peut-être appliquer cette charte éthique à l'opposition, c'est facile de ne pas venir en face, non pour combattre mais pour échanger. Et s'il n'y a pas grand monde comment on fait ?


conclut-il. Il précise enfin qu'il n'a pas eu de contacts avec Anticor "depuis belle lurette". L'association de son côté précise qu'une demande de bilan a envoyé un courriel à mi-mandat pour un pré-bilan.

Sur le même sujet

Les + Lus