Polémique autour du déménagement d'un lieu de prière pour les Musulmans à Draguignan

Le déménagement d'un lieu de prières dans une ancienne pizzeria ne fait pas l'unanimité. Les riverains dénoncenet un manquent de places de parking et ont lancé une pétition.

Cette ancienne pizzeria sera transformée en salle de prières à Draguignan.
Cette ancienne pizzeria sera transformée en salle de prières à Draguignan. © ALEXANDRE DEQUIDT / FTV

A Draguignan, dans le Var, les Musulmans prient dans une salle située impasse Saint-Henri, mail le bail est arrivé à échéance et un déménagement est programmé à 400 mètres de là d'ici trois mois.

A Draguignan, cette salle de prière sera transférée dans un autre bâtiment.
A Draguignan, cette salle de prière sera transférée dans un autre bâtiment. © ALEXANDRE DEQUIDT / FTV

Le nouveau lieu de culte se situera donc au 95 boulevard des Martyrs-de-la-Résistance dans une ancienne pizzeria.  Le permis a été déposé le 13 août 2020. La mairie a donné son feu vert pour le changement de destination de la maison et quelques aménagements,  la commission de sécurité a donné un avis favorable.

Une pétition des riverains

Les riverains, réunis en collectif, ne sont pas contents et ils ont lancé une pétition, signée par une cinquantaine de personnes. 

Où voulez-vous que les gens stationnent ? C'est plein partout ! Ça va gêner tout le monde.

Monique Soucourt, membre du collectif

Max Billeton est lui-aussi membre de ce collectif. Pour lui, c'est toute la tranquillité du secteur qui en péril avec des allées et venues des fidèles toute la journée. 

Nous sommes propriétaires du passage privé situé en face du bâtiment, ils veulent faire ds ouvertures, des entrées et des sorties pour environ 500 personnes. Ça peut durer toute la journée... C'est pour notre tranquillité.

Max Billeton, collectif des riverains du Boulevard des martyrs de la résistance

Une pétition a été lancée contre le déménagement du lieu de prières.
Une pétition a été lancée contre le déménagement du lieu de prières. © ALEXANDRE DEQUIDT / FTV

Tout est fait dans les règles

Le bâtiment d'une surface de 480 m2, devrait comporter une salle de prières pour les hommes, une autre pour les femmes et 4 salles de classe pour l'école coranique.

Danielle Adoux-Copin est adjointe au maire de Draguignan en charge de l'urbanisme et de l'environnement.

L'hôtel de ville de Draguignan.
L'hôtel de ville de Draguignan. © ALEXANDRE DEQUIDT / FTBV

Pour elle, le stationnement ne sera pas un problème. Beaucoup de personnes viennet à pied ou se font déposer. Elle considère que cela n'induira aucun désordre en matière de stationnement d'autant que deux parkings ( Victoire et gare routière ne sont pas bien loin).

Sabri Akrimi est responsable de l'Association culturelle et culturelle musulmane de la Dracénie et il est surpris et inquiet de la réticence des riverains.

Quotidiennement, il doit y avoir 20 personnes. S'il y a 10 voitures, c'est le grand maximum. On est vraiment surpris de cette pétition qui est arrivée lâchement. J'espère que cela ne vas pas se transformer en actes de vandalisme.

Sabri Akrimi, responsable de l'Association culturelle et culturelle musulmane de la Dracénie

En attendant, certains riverains n'excluent pas un recours devant le tribunal administratif. Le chapître est loin d'être clos.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique société religion