Une sexagénaire devant les assises de Draguignan pour séquestration de son ex-belle-fille pendant 4 ans

Les faits se sont déroulés entre 2015 et 2019 à Saint-Raphaël. Une sexagénaire aurait séquestré durant 4 ans son ex-belle-fille. Son procès débute ce lundi 4 juillet devant la cour d'assise de Draguignan. Il devrait durer 5 jours.

Le 17 novembre 2019, une femme de 31 ans est retrouvée errante à Agay par un couple d'automobilistes. La trentenaire s'est enfuie un peu plus tôt d'une villa raphaëloise. Elle y aurait été séquestrée par sa belle-mère durant 4 ans.

Aux enquêteurs, elle indique avoir noué une relation avec un fils de la famille en 2008 puis être tombée enceinte de celui-ci. Ils se sont ensuite séparés mais elle est restée vivre dans la villa.

En septembre 2014, la plaignante se laisse convaincre par son ex-belle-mère d'adopter son enfant. Pour cela, cette dernière aurait fait de fausses déclarations sur l'état de santé du nourrisson. S'en suit une situation de dépendance, d’enfermement et de mauvais traitement dans la maison varoise.

La trentenaire raconte qu'elle était battue, privée de tous ses droits. Elle aurait vécu dans une chambre avec pour seul confort un banc en bois et un matelas à même le sol, le tout dans des conditions d'hygiène déplorables sans possibilité de toilette intime, ni de douche.

La sexagénaire est jugée par la cour d'assise de Draguignan du 4 au 8 juillet pour séquestration, abus de faiblesse, violences volontaires, escroquerie et soumission à des conditions d'hébergement indignes. Elle risque 20 ans de réclusion criminelle.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité