Saint-Raphaël : une femme séquestrée pendant 5 ans, sa belle-mère en garde-à-vue

Une situation de dépendance, d’enfermement et de mauvais traitement dans la maison à Saint-Raphaël. / © Alexandre Dequidt FTV
Une situation de dépendance, d’enfermement et de mauvais traitement dans la maison à Saint-Raphaël. / © Alexandre Dequidt FTV

Une femme de 31 ans s'est enfuie d'une maison de Saint-Raphaël dans laquelle elle a été séquestrée pendant 5 ans indique le procureur de la République de Draguignan. Sa belle-mère est en garde-à-vue et devrait être présentée à un juge dans la soirée. 

Par Pierre-Olivier Casabianca


L'information est tombée en fin de journée ce 20 novembre par le biais d'un communiqué du procureur de la République de Draguignan. Il fait état de la situation d'une jeune femme de 31 ans, actuellement prise en charge par l'association d'aide aux victimes du Var. 
 
Les autres membres de la famille qui habitent dans la maison ne souhaitent pas s'exprimer. Les voisins n'ont "rien vu de spécial... Non, on les connait plus ou moins.."

Aux enquêteurs elle a indiqué avoir noué une relation avec un fils de la famille en 2008 puis être tombée enceinte de celui-ci. Ils se sont ensuite séparés mais elle est restée au domicile de sa belle-famille. Elle aurait été retenue captive par sa belle-mère âgée de 61 ans.
S'en suit une situation de dépendance, d’enfermement et de mauvais traitement dans la maison à Saint-Raphaël.

Après une 1ère tentative de fuite, elle a réussi à s’enfuir le 17 novembre par une fenêtre puis aurait été prise en stop par un couple d'automobilistes à Agay.
 

 D'après Patrice Camberou, procureur de la République de Draguignan, la visite sur les lieux et l’audition des membres du foyer "semblent accréditer la version de la jeune femme".
L'entrée de la maison à Saint-Raphaël. / © Alexandre Dequidt FTV
L'entrée de la maison à Saint-Raphaël. / © Alexandre Dequidt FTV

Une ouverture d’une information judiciaire à l'encontre de la belle-mère pour séquestration, abus de faiblesse, violences volontaires habituelles sur personne vulnérable, soumission d’une personne vulnérable à des conditions d’hébergement indignes, escroquerie au jugement d’adoption. 

 L’enfant fait l’objet d’une ordonnance de placement provisoire. Il a été confié aux services de l'Aide sociale à l'enfance.
 

Sur le même sujet

Les + Lus