VIDEO. Présidentielle 2022 : à Fréjus, Marine Le Pen détaille son plan pour l'hôpital public

Publié le Mis à jour le
Écrit par Annie Vergnenegre & Anne Le Hars

La candidate à l'élection présidentielle, en visite dans le Var ce 20 janvier. Marine Le Pen présente son plan pour la santé axé sur la revalorisation des salaires, le recrutement et un moratoire sur la fermeture des lits.

À 95 jours du premier tour de l'élection présidentielle, Marine Le Pen est ce jeudi 20 janvier en campagne dans le Var.

À Fréjus, la candidate du Rassemblement national a développé les trois axes de son plan pour les soignants lors d'une conférence de presse :

Elle était l'invitée de France Bleu Provence jeudi matin. L'occasion de donner les détails de son plan.

Selon Marine Le Pen, "la crise sanitaire a été le révélateur de l'effondrement de ce qui était le système de santé le meilleur du monde". Elle juge qu'il a été "abandonné et soumis à des logiques comptables totalement absurdes".

Pour la candidate à la présidentielle, "c'est l'ensemble de l'hôpital qu'il faut redresser". Et c'est ce qu'elle promet de faire avec ce plan autour de trois axes.

  • Réformer la gouvernance hospitalière 

Selon Marine Le Pen, "il faut que les médecins retrouvent leur place dans les hôpitaux".

La candidate RN propose "une direction bicéphale avec un administratif et un médecin qui s'occupe de l'ensemble de la politique de soins".

  • Revaloriser et recruter du personnel

"Malgré le Ségur, les infirmières en France sont moins payées que la moyenne européenne", affirme Marine Le Pen qui promet une revalorisation de leurs salaires de 4 % pendant 5 ans "pour qu'elles atteignent la moyenne européenne" 

Dans le cadre de la "modernisation de l'hôpital" qu'elle entend mener si elle est élue, la candidate s'engage à prendre des mesures spécifiques pour les urgences : renforcement des effectifs, formation et revalorisation des salaires.

Elle propose aussi la création d'urgences gériatriques. Marine Le Pen pense qu'il faut "une filière distincte gérée par des spécialistes pour les personnes âgées" sur le modèle des urgences pédiatriques.

Marine Le Pen souhaite par ailleurs un meilleur partenariat avec les cabinets médicaux libéraux "pour désengorger les urgences qui sont asphyxiées depuis de nombreuses années."

  • Moratoire sur la fermeture des lits

Marine Le Pen affirme "qu'on a supprimé en 20 ans 100.000 lits à l'hôpital, dont 7.500 en 2020, en pleine crise sanitaire." 

Selon une enquête de franceinfo: publiée en novembre dernier, ce sont en réalité près de 80.000 lits qui ont été perdus dans le public depuis 2000. Dans certains départementaux ruraux, leur chiffre a presque été divisé par deux en 20 ans, c'est le cas des Alpes-de-Haute-Provence.

Pour la candidate à l'élection présidentielle, "il faut arrêter la suppression des lits et il faut en rouvrir" pour répondre aux besoins de la population qui "ne cesse d'augmenter" et dont l'âge augmente également en même temps que les maladies chroniques, rappelle-t-elle.

Pour financer son plan estimé à 20 milliards d'euros sur cinq ans, Marine Le Pen prévoit des mesures développées dans son livret "M la santé", qui sera présenté à la presse ce jeudi après-midi.

La candidate entend faire des économies "dans les politiques nationales" et veut mobiliser l'épargne des Français pour créer un fonds souverain.