Un homme se rend à la gendarmerie de Fréjus avec une tête et un sexe coupés dans un sac

Publié le Mis à jour le
Écrit par Jacqueline Pozzi
La police était toujours ce vendredi soir dans l'immeuble où le corps décapité de la victime a été retrouvé à Fréjus.
La police était toujours ce vendredi soir dans l'immeuble où le corps décapité de la victime a été retrouvé à Fréjus. © Maxime Meuneveaux (FTV)

L'homme s'est présenté ce vendredi 7 janvier à la brigade de gendarmerie de Fréjus dans le Var et s'est accusé d'un crime commis la veille. Dans son sac, les militaires ont découvert une tête coupée et des organes génitaux masculins. L'individu a été aussitôt placé en garde à vue.

Les premiers éléments ont été confirmés ce vendredi soir par le procureur de la République de Draguignan. 

Ce vendredi 7 janvier au matin, un individu âgé de 38 ans s'est présenté dans les locaux de la gendarmerie de Fréjus pour dénoncer un homicide volontaire qu’il disait avoir commis la veille.

Dans un sac, il transportait avec lui une tête coupée et les organes génitaux masculins de la victime dont il a donné l’identité.

L'homme a été placé en garde à vue, et l'enquête confiée à la police judiciaire de Toulon.

Selon Var-Matin qui a révélé l'affaire, les enquêteurs se sont rendus, sur indication de l'homme, dans un appartement du quartier Villeneuve à Fréjus, où ils ont découvert un corps sans vie.

A ce stade de l’enquête, le mobile de ce crime est encore incertain. Le procureur de la République nous a cependant indiqué qu'à l'heure actuelle la piste islamiste était exclue.

L'homme placé en garde à vue était connu des services de police pour usage de stupéfiants. Il devra faire l'objet d'une expertise psychiatrique. 

C’est désormais la justice et notamment le parquet de Draguignan qui gère l’affaire.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.