VIDÉO. L’histoire du débarquement de Provence à travers une exposition au Musée des troupes de Marine de Fréjus

durée de la vidéo : 00h01mn53s
C’était il y a bientôt 80 ans. Moins connu que celui de Normandie, le débarquement de Provence fut tout aussi décisif pour la libération de la France. Un évènement capital raconté dans une exposition au Musée des troupes de Marine de Fréjus avec des supports tels que des uniformes ou des véhicules rares. ©Alexandre Dequidt-FTV

C’était il y a bientôt 80 ans. Moins connu que celui de Normandie, le débarquement de Provence fut tout aussi décisif pour la libération de la France. Un évènement capital raconté dans une exposition au Musée des troupes de Marine de Fréjus avec des supports tels que des uniformes ou des véhicules rares. Une véritable reconstitution.

C’est au Musée des troupes de Marine de Fréjus dans le Var que se tient l’exposition "L'autre débarquement" sur le débarquement de Provence survenu entre le 14 et le 15 août 1945. Un devoir de mémoire et une façon de mettre à l’honneur le petit frère du débarquement en Normandie, moins connu, mais tout aussi passionnant.

Une reconstitution pour une plongée dans l’histoire

Comme si vous y étiez, vous pouvez découvrir les nombreux véhicules utilisés par les militaires pour libérer la Provence. Comme cette Jeep Willis qui fait son retour à Fréjus pour l’occasion.

Elle a été entièrement rénovée par un militaire passionné.

Elle correspond à une unité de tirs sénégalais, plus précédemment au 6e bataillon qui a débarqué sur les plages le 17 aout 1944 et a libéré la ville de Toulon.

Sergent chef Daniel Adjoint à l'officier tradition, 21ème RIMA de Fréjus

Autre engin, autre histoire, celle d’un petit chenillé de style Américain qui s’appelle le M23 weasel.

Cette Jeep a aussi eu une importance non négligeable dans la victoire remportée lors du débarquement de Provence.

À l’intérieur, on pouvait transporter trois personnes. Ce qui était utile pour le transport de troupes et le transport de blessés et de matériels.

Aspirant Julie Bazin Assistante de conservation Musée des troupes de Marine.

L'exposition s'inscrit dans une année d'hommages d'événements. Le 5 mars, l'Élysée a dessiné les premiers contours des cérémonies officielles qui vont se dérouler notamment à l'occasion de la succession des 80ᵉ anniversaires des débarquements en France, lors d'un briefing presse.

350 000 soldats ont rendu ce débarquement possible

Le débarquement de Provence était désigné sous les noms de code Anvil puis Dragoon qui désignaient une opération militaire menée pendant la Seconde Guerre mondiale à partir du 15 août 1944 par les troupes alliées dans le sud-est de la France, entre Toulon et Cannes. 2000 bâtiments de guerre et avions avaient participé à cette grande opération militaire.

En plus des forces Américaines, un grand nombre de nationalités avaient uni leurs forces pour libérer la Provence.

Des Français libres, Algériens, "marsouins " de la Coloniale et Tirailleurs sénégalais avaient rivalisé de courage pour prendre la ville.

On trouve des Algériens, des Néocalédoniens, des Tunisiens, des Tahitiens et des Marocains habillés de leur djellabas militaire typique avec un casque anglais d’époque.

Lieutenant-colonel PHILIP de LABORIE Bertrand Conservateur Musée des troupes de Marine

Baptisée « L’autre débarquement », cette exposition est à découvrir tous les jours sauf le lundi jusqu’au 13 décembre prochain.