Première édition d'un festival naturiste sur l'île du Levant dans le Var cet été, son nom : Chiche !

Pudiques, timides, introvertis s’abstenir ! Du 1er au 4 juillet, 72 heures de spectacles naturistes raviront les plus ouverts d’entre vous. Cette première édition du "festival Chiche" se déroulera sur l’île du Levant dans le Var.

Le premier festival Chiche se tiendra du 1er au 4 juillet sur l’île du Levant.
Le premier festival Chiche se tiendra du 1er au 4 juillet sur l’île du Levant. © J. Guillemet

Un nouveau festival est toujours un événement.

Alors que la crise sanitaire met plutôt à la une de l'actualité des annulations et reports, du 1er au 4 juillet prochain, un nouveau rendez-vous culturel voit le jour.

En tout, des spectacles naturistes seront joués durant 72 heures par 30 troupes d’artistes sur l’île du Levant dans le Var, notamment sur la magnifique plage des Grottes :

Cette première édition du festival Chiche qui aura lieu sur le domaine privé d’Héliopolis sur l’île du Levant promet d’être exceptionnellement originale.

Des artistes venus de Toulouse, de Paris et même du Portugal

Les 80 artistes qui participeront au festival viennent de la région PACA, de la région parisienne, de Toulouse, de la Lorraine ou encore du Portugal. Ils se produiront parfois dans leur plus simple appareil et parfois costumés selon le spectacle.

Parmi les invités, la compagnie portugaise Coco Pilots dont la motivation est claire :" Nous voulons continuer à danser !"

Durant les 15 premiers jours du mois d’avril, ils sont tous venus séjourner en résidence au Levant afin de s’approprier cet espace et d’intégrer la nudité à leur spectacle. Et pas question d’avoir froid aux yeux !

Un travail rémunéré dans cette période et dans un tel décor, c’est une opportunité pour eux

Jules Guillemet, créateur du Festival Chiche

Une histoire d’amour avec Le Levant

Il est Marseillais, il a 34 ans, il est scénariste, grand amateur de festivals, il s’appelle Jules Guillemet.

Durant le second confinement, il fait un choix : se confiner sur l’île du Levant pour être au calme afin de travailler sur l’un de ses scénarios. Et c’est là que la beauté des lieux le frappe.

J’ai pensé à une façon de lier l’art et la nature, et c’est ainsi que l’idée d’un festival m’est venue en tête

Jules Guillemet, créateur du festival.

Pendant tout le temps de la mise en place de ce festival, il enchaîne les allers-retours entre Marseille et Le Levant. "Cet endroit de dingue" comme il dit, il fallait en pousser les portes, oser les terrasses des villas, donner un autre cadre à l’art vivant en terme de poésie".

Une création en partie financée grâce au fond de solidarité

Ce festival mettra en scène des arts de la rue, de jour comme en soirée, en invitant le public à explorer ou à redécouvrir le domaine naturiste Héliopolis au Levant. Les visiteurs pourront ainsi partager un moment privé et particulier avec ces artistes de rue qui danseront, chanteront, joueront la comédie ou feront des spectacles de marionnettes.

Jules Guillemet est aussi le créateur d’une société d’événementiel. Depuis la crise sanitaire, il bénéficie d’un fond de solidarité dont il a choisi de se servir pour financer le rendez-vous culturel.

J’aurai pu garder cet argent pour moi, mais j’ai préféré m’en servir pour financer ce projet qui part du cœur : un projet humaniste.

Jules Guillemet

Le choix de la période du début du mois de juillet n’est pas un hasard car c’est généralement une période plutôt creuse en terme de tourisme et c’est pour cela qu’il a choisi de lancer la saison avec cette manifestation.

Elle bénéficie également d’aides de la municipalité et de plusieurs associations comme "Agir O Levant", "l’Union des commerçants" ou "Le Levant naturiste".

Le pass s’élevant à 45 euros pour 4 jours permettra de soutenir tous les festivaliers.

Quant aux restrictions sanitaires, l'organisation du festival croise les doigts, sachant que tous les spectacles se feront en plein air et que pour chacun d'entre eux la jauge d'accueil a déjà été très réduite. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société manifestation économie social musique culture théâtre spectacle vivant