• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Un ingénieur du Var, soupçonné de terrorisme, emprisonné au Maroc

Le comité de soutien de Thomas Gallay mobilise sur les réseaux sociaux. / © Matthias Julliand/ France 3 Provence-Alpes
Le comité de soutien de Thomas Gallay mobilise sur les réseaux sociaux. / © Matthias Julliand/ France 3 Provence-Alpes

Il est en prison au Maroc depuis 10 mois, et ne cesse de clamer son innocence. Un ingénieur varois a été condamné par la justice de Rabat qui le soupçonne d'entretenir des liens avec le groupe Etat islamique. Un procès en appel est en cours. Un comité de soutien se mobilise dans le Var. 

Par Laure Bolmont

Thomas Gallay ne cesse de clamer son innocence depuis les geôles marocaines, où est enfermé depuis le mois de février dernier. Cet ingénieur de 36 ans, originaire de la Seyne sur Mer, expatrié au Maroc depuis 2014, est soupçonné d'avoir noué de liens avec Daesh au travers de son activité. Arrêté en février dernier à Rabat par le police marocaine, il est accusé de "soutien financier en vue de la commission d'actes terroristes". Il a été condamné à 6 ans de prison par la justice marocaine. Un procès en appel est en cours, tandis que sa cousine, Catherine Gallay, a créée dans le Var un comité de soutien.  Ali Martiniki et Matthias Julliand l'ont rencontrée. 

Thomas Gallay emprisonné pour terrorisme au Maroc
Ingénieur de 36 ans originaire de la Seyne-sur-Mer, Thomas Gallay est emprisonné au Maroc depuis 10 mois et clame son innocence. Un comité de soutien se mobilise dans le Var.

D'autres comités de soutien à Thomas Gallay voient peu à peu le jour partout en France, notamment dans le Gers. Les 3 plus grandes ONG internationales de défense des Droits de l’homme, Human Rights Watch, Amnesty International et la FIDH (Fédération Internationale des ligues des Droits Humains) ont par ailleurs écrit aux autorités françaises et marocaines en mettant en évidence les vices de la procédure dans ce dossier.  Elles n'ont pour l'heure reçu aucune réponse. 

Sur le même sujet

Les évacués de la rue d'Aubagne

Les + Lus