REPLAY. L'Estérel côté terre entre Provence et Méditerranée, à découvrir dans Chroniques Méditerranéennes [NATURE]

Publié le Mis à jour le

Entre le bleu de la mer et du ciel, le rouge des roches, le blanc lointain du sommet des Alpes et le vert du maquis, le massif de l’Estérel est un kaléidoscope de couleurs.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Pénétrer dans le massif de l’Estérel, c’est entrer au cœur d’un site volcanique extraordinaire de plus de 200 millions d’années. Divers phénomènes géologiques ont façonné avec le temps le paysage de ce massif volcanique aux contrastes saisissants. Son relief accidenté accentue ce contraste et lui confère des panoramas majestueux qui laissent entrevoir sa diversité et une richesse biologique exceptionnelle.

Revoir l'émission

Le massif de l’Estérel entre Méditerranée et Provence représente un massif de 32 000 hectares dont près de la moitié sont classés zone "Natura 2000". Le massif s’étend sur les communes de Saint-Raphael, Fréjus, Bagnols en forêt et les Adrets de l’Estérel.

Pour commencer son voyage, Nathalie rejoint Thibault, guide accompagnateur, sur un sentier en hauteur proposant une vue dégagée sur l’ensemble du massif. En chemin, Thibault lui raconte la richesse de la flore qui s’étale autour d’eux. Mais le véritable objectif de la randonnée, c’est la découverte du brame du cerf, une expérience sonore incroyable qui se déroule à la tombée de la nuit au cœur du massif. Là, pendant trois semaines à peine de fin septembre à début octobre, les cerfs rivalisent de vocalises pour attirer les biches du secteur.

Nathalie rejoint ensuite Audrey, Vincent et un groupe de bénévoles sur le site du Bombardier, un espace naturel privé de 150 hectares épargné par l’urbanisation et géré par le Conservatoire des Espaces Naturels qui abrite une importante population de tortues d’Hermann. Ici, la protection des animaux et des plantes ainsi que la sensibilisation des promeneurs est confiée à des riverains bénévoles qui assurent une présence régulière sur le terrain.

Puis direction le lac de Saint Cassien où Nathalie a rendez-vous avec Alban, un explorateur polaire français, spécialiste de la plongée extrême, en particulier de la plongée sous glace et de la plongée souterraine. Alban invite Nathalie à accoster sur une petite barge mouillée au milieu de lac où il établi son camp de base. C’est ici qu’il propose des journées thématiques environnementales pour sensibiliser le grand public aux enjeux environnementaux tout en leur apprenant quelques techniques de survie en milieu extrême.

Alban invite Nathalie à enfiler une combinaison de survie pour se laisser porter avec lui sur les eaux du lac avant de partager le repas du soir et une nuit en hamac sur la barge.

Après un détour par la célèbre grotte de Saint Honorat, où un ermite vécu plusieurs années avant de fonder une abbaye sur les îles de Lérins, Nathalie rejoint le cap Roux où l’attend Christophe et son équipe. Christophe travaille pour l’ONF sur la prévention des espèces exotiques envahissantes et notamment celle des mimosas.

L'histoire du mimosa sur la côte d'Azur est liée à celle du développement du littoral à la Belle Epoque. Ces plantes décoratives vont faire fureur dans les années 1850, lorsque les riches hivernants de la Côte d'Azur vont en agrémenter leurs jardins. Le mimosa d'hiver émet des substances toxiques qui limitent la germination et la croissance de la végétation alentour et il est particulièrement vulnérable aux incendies. Christophe montre à Nathalie comment l’ONF combat la multiplication non contrôlée des mimosas pour protéger la végétation indigène et préserver ainsi la biodiversité du massif de l’Estérel.

Réagissez à l'émission avec #chroniquesmed

Une émission de 26 minutes réalisée par Nicolas Mastras.
Une coproduction France 3 Provence-Alpes-Côte d’Azur / France Télévisions / Amda Production
Diffusion dimanche 03 avril à 12h55.

Pour aller plus loin :

Massif de l'Estérel

Le lac de Saint-Cassien

L'explorateur Alban Michon

La grotte de Saint-Honorat