Patrick Salameh a été condamné en appel à la perpétuité par la cour d'assises du Var. Le tueur en série avait été condamné à la détention à perpétuité en 2015, à Aix-en-Provence l'enlèvement et le meurtre d'une jeune lycéenne de 20 ans et de trois protsituées à Marseille en 2008.

Les jurés de la cour d'assises d'appel du Var ont délibéré six heures avant de rendre leur verdict : la peine maximale, soit la réclusion criminelle à perpétuité assortie de 22 ans de sûreté, confirmée pour Patrick Salameh. Ses avocats disposent de cinq jours pour se pourvoir en cassation.

L'avocate générale Martine Assocnion, devant la cour d'assises du Var, avait requis mercredi la réclusion criminelle à perpétuité contre le tueur en série, déjà condamné à deux reprises à cette même peine en première instance.

L'homme de 59 ans jugé pendant cinq semaines à Draguignan est accusé d'avoir tué à Marseille en 2008 ces quatre femmes dont les corps n'ont jamais été retrouvés.

Lors des deux premiers procès, en avril 2014 et octobre 2015, Salameh a toujours nié l'ensemble des faits qui lui sont reprochés. 

La première victime, Fatima Saiah, une lycéenne de 20 ans, avait disparu le 7 mai 2008 après s'être rendue à un rendez-vous fixé depuis une cabine téléphonique par un homme qui lui avait proposé de faire du baby-sitting.

Les trois prostitruées ont, elles, disparu, entre octobre et novembre 2008 : Irina, une Ukrainienne de 42 ans, Cristina, une Roumaine de 23 ans, et Zineb, une Algérienne de 28 ans. Elles avaient été contactées elles aussi depuis une cabine téléphonique. Les enquêteurs avaient alors fait le rapprochement avec la première disparition, fortement médiatisée à l'époque.